Limogeage de Batho : les Verts restent au gouvernement

le
13
Limogeage de Batho : les Verts restent au gouvernement
Limogeage de Batho : les Verts restent au gouvernement

François Hollande avait prévenu début avril : «Aucun ministre ne peut remettre en cause la politique qui est conduite.» Ce mardi, le président de la République a appliqué ce précepte à la lettre. Il ne lui a pas fallu une journée pour exfiltrer sa ministre de l'Ecologie Delphine Batho, qui s'était plainte le matin-même de la baisse des crédits accordés à son ministère en 2014.

Au micro de RTL, Delphine Batho s'était présentée comme une «militante», s'inquiétant d'un «affichage qui n'est pas bon». Reconnaissant que «la situation budgétaire est extrêmement difficile», la ministre avait estimé qu'il allait désormais falloir se poser la question: l'écologie est-elle «bien une priorité»?

La réplique ne s'est pas faite attendre. Matignon a, dans un premier temps, fait savoir que la ministre mécontente était convoquée. Chacun s'attendait à une séance d'explications un peu musclée, mais la sanction a été finalement bien plus importante. L'annonce est tombée un peu après 18 heures : «Sur proposition du Premier ministre, le président de la République a mis fin aux fonctions de Mme Delphine Batho et a nommé M. Philippe Martin, ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie.» Un véritable coup de théâtre.

> Revivez minute par minute la soirée qui a suivi l'éviction de Delphine Batho

0h18. «Un symbole dramatique» pour José Bové. «Je ne sais pas si cela a à voir avec le fait que (Nicole Brick et Delphine Batho) sont des femmes, mais le fait est qu'elles sont parties plus vite qu'un Arnaud Montebourg, qui lui peut se permettre de dire tout ce qu'il veut, y compris le pire. (...) Le symbole est absolument dramatique !», estime le député européen d'Europe Ecologie-Les Verts dans une interview à Metronews à paraître ce mercredi.

23h7. François Hollande et Jean-Marc Ayrault «ont considéré qu'elle avait tenu des propos maladroits et en ont tiré les conséquences», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 le mercredi 3 juil 2013 à 10:11

    La soupe est bonne ils restent autour de l'assiette au beurre. De toute façon ils n'auraient aucun financement sans l'aide de la pompe à fric du PS. Berger et prévarication.

  • M1625665 le mercredi 3 juil 2013 à 08:45

    les verts prêts à tut renier pour rester au gouvernement

  • fbordach le mercredi 3 juil 2013 à 08:03

    Dehors les khmers verts! Ce parti, héritier de l'ultra gauche ( des pastèques...) est un pied de nez à la démocratie, 2,5% d'électeur, seulement, près de 10 députes, une ministre.... Et aucune vision intelligente.

  • vxboucau le mercredi 3 juil 2013 à 07:28

    Mais qui croyait qu ils allaient partir? Une bande d opportunistes et d ambitieux et rien de plus ...quelle mascarade

  • GSUIS le mardi 2 juil 2013 à 23:23

    Après Batho , la galère ?

  • alain..c le mardi 2 juil 2013 à 23:11

    Quel courage ces verts, ils se font marcher dessus et restent au gouvernement, ha les ors de la république cela vaut bien quelques brimades .

  • h.castel le mardi 2 juil 2013 à 22:30

    Bravo Hollande:il en reste une trentaine encore à virer Ensuite ce sera ton tour !

  • j.delan le mardi 2 juil 2013 à 21:46

    Aussi qualifiée cette opportuniste pour être ministre que F H pour être évêque : DEHORS TOUS

  • 2445joye le mardi 2 juil 2013 à 21:16

    Le PS et EELV partagent les mêmes préoccupations: les places aux élections. Alors pourquoi se fâcher ?

  • M1178616 le mardi 2 juil 2013 à 21:00

    aujourd'hui MORSI en Egypte et vivement demain HOLLANDE en FRANCE.