Limitation d'achat de tabac à l'étranger : la France épinglée par la Justice européenne

le
3
f-f-f-f /shutterstock.com
f-f-f-f /shutterstock.com

(AFP) - La France ne respecte pas les règles européennes en limitant strictement les achats de tabac à l'étranger et doit donc changer sa législation sous peine d'amendes, a jugé jeudi la Cour européenne de justice (CEJ) à Luxembourg.

"La France a manqué à ses obligations (...) en utilisant un critère purement quantitatif pour apprécier le caractère commercial de la détention par des particuliers de tabac manufacturé en provenance d'un autre État membre, en appliquant ce critère par véhicule individuel (et non par personne) et en l'appliquant de manière globale pour l'ensemble des produits du tabac", a affirmé la Cour dans son arrêt.

La législation française est contraire au principe de libre circulation des marchandises. La France devra changer sa législation sous peine d'amendes.

Le gouvernement français avait anticipé la décision de la CEJ en annonçant la semaine dernière qu'il allait revoir -mais pas supprimer- les limites d'achat de tabac à l'étranger.

Paris doit adresser une circulaire aux services douaniers leur demandant de ne plus appliquer strictement les limitations d'achats de tabac à l'étranger, et de préférer des contrôles plus pragmatiques, avait indiqué vendredi es ministres de l'Economie et du Budget.

Ces contrôles viseront "à faire respecter l'interdiction d'importer en franchise de droits des cigarettes destinées à être revendues et d'enfreindre ainsi le monopole de vente des buralistes", a indiqué Bercy.

Selon une source proche du dossier, les nouvelles règles seront tout aussi "dissuasives" que l'actuelle règlementation.

La circulaire précisera la quantité de cigarettes à partir de laquelle le douanier pourra estimer qu'il ne s'agit plus de consommation personnelle mais que les cigarettes sont destinées à la revente, a expliqué cette source.

La limitation actuelle avait été adoptée en 2006, au moment où avaient explosé les achats de tabac à l'étranger, notamment en Belgique ou en Espagne, où le paquet de cigarettes, moins taxé, est moins cher.

Les achats légaux à l'étranger et les achats illégaux via internet ou sous le manteau représentent 20% de la consommation de tabac en France, selon les Douanes. Ce mode d'achat représente un manque à gagner fiscal d'environ 2,5 milliards d'euros par an.

Pascal Montredon, président de la confédération des buralistes, a dénoncé, avant l'arrêt de la Cour, "l'incohérence de l'Europe: d'un côté, la directive tabac impose des contraintes comme les paquets génériques et de l'autre, elle condamne la France pour sa politique de lutte anti-tabagisme".

Au cours des deux premiers mois de l'année, les livraisons de cigarettes d'Altadis aux buralistes ont baissé de 4% en volume. Le recul avoisine 10% dans certaines régions frontalières, selon des chiffres publié sur le site spécialisé Le Monde du Tabac.

aje/csg/abk

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • md24750 le jeudi 14 mar 2013 à 16:06

    c'est la fin annoncée des buralistes. Encore des chômeurs en perspective. Et avec l'aval de cette UE.

  • M4189758 le jeudi 14 mar 2013 à 15:52

    JPi - Cette justice UE devrait s'occuper à homogénéiser les prix en Europe et en s'alignant sur le haut.

  • M362321 le jeudi 14 mar 2013 à 15:39

    Ca me fait bien marrer que le système se retourne contre un pays qui l'encense...