Lille-Sochaux : 3-3. Garcia est «anéanti»

le
0
Lille-Sochaux : 3-3. Garcia est «anéanti»
Lille-Sochaux : 3-3. Garcia est «anéanti»

Trois buts encaissés en sept minutes, trois coups francs de Nogueira et Lille se met à vaciller. Le Losc, qui menait tranquillement 3-0 à la 79e minute, s'est fait surprendre par une équipe sochalienne bien décidée à sauver sa peau en L 1. On sentait les Lillois intouchables, prêts à foncer droit vers le podium et se présenter comme le candidat le plus sérieux à la troisième place. Les dix dernières minutes de la rencontre hier soir ont montré que le moindre relâchement dans le sprint final pouvait être fatal. Le capitaine Aurélien Chedjou parlera de « faute professionnelle », estimant que ce match nul va « coûter le podium » à son équipe.

La précision de Nogueira

Pourtant, à 2-0 à la mi-temps, après un doublé de Kalou (26e, 45e), l'affaire semblait plutôt bien engagée pour les Nordistes. Se mettre à l'abri rapidement n'était pas du luxe pour le Losc, qui n'avait jusque-là pas réussi à s'imposer face à des formations comme Troyes, Evian ou Nancy à domicile. Et encore, le score aurait pu être encore plus large si M. Kalt, alerté par son assistant, n'avait pas refusé un but parfaitement valable de Rodelin, arrivé comme une fusée après deux tentatives de Lucas Digne (28e).

C'était juste l'histoire de quelques minutes. Basa, esseulé au premier poteau, reprenait un centre de Rodelin et aggravait encore le score (3-0, 48e). Martin, qui n'avait jamais été aussi près de marquer son premier but sous le maillot lillois, s'illustrait un coup franc sur la transversale et un autre, magistral, sorti par Pouplin d'une jolie claquette (60e). Tranquilles, les Lillois ? Beaucoup trop. Au prix d'un réveil que plus personne n'attendait, et auquel les supporteurs sochaliens ne croyaient plus, les Doubistes, emmenés par un Nogueira d'une précision quasichirurgicale, allaient réaliser l'impossible. Après n'avoir cadré aucun tir en première période, les hommes d'Eric Hély retrouvaient...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant