Lille : réunion sous tension lundi soir pour le mouvement «Hé oh la gauche ! »

le
0
Lille : réunion sous tension lundi soir pour le mouvement «Hé oh la gauche ! »
Lille : réunion sous tension lundi soir pour le mouvement «Hé oh la gauche ! »

Le mouvement « Hé oh la gauche ! » devait mobiliser les électeurs en faveur de François Hollande ; c'est raté pour les Lillois. Lundi soir, les manifestants nordistes ont bruyamment fait connaître leur opposition à la loi Travail à Stéphane Le Foll et Patrick Kanner. Les deux ministres étaient à l'initiative d'une réunion du collectif, marquée par une forte présence policière.

 

Face à la salle où se tenait la séance, une cinquantaine de militants formaient un hostile comité d'accueil. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a préféré rejoindre ses collègues par une porte arrière, protégée par quelques CRS. Quelques 250 personnes l'attendaient, des privilégiés qui n'ont accédé à cette « réunion privée » - selon les termes de Patrick Kanner - que grâce à une invitation.

 

A l'extérieur, un car de policiers et une vingtaine de camionnettes surveillaient en trois points différents les alentours. Trois détachements de CRS devaient empêcher tout débordement. « La gauche, c'est nous ! Cassez-vous ! », « P comme pourri, S comme salaud, à bas, à bas le parti socialo ! » scandaient les opposants, dont certains portaient un autocollant des Jeunes communistes. 

 

« Non à la casse du code du Travail »

 

Des « donneurs de leçons », a réagi Patrick Kanner. « Une minorité de l'ultra-gauche », a ajouté le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, qui a jugé leur manifestation « inacceptable ». « Les militants ont le droit de se réunir dans la quiétude, a martelé le ministre lillois. Si la gauche de la gauche préfère favoriser l’extrême-droite et essayer de nous empêcher de tenir cette réunion, hé bien cela nous fait ni chaud ni froid. »

 

Une banderole invitait les automobilistes de passage à « klaxonner contre la loi Travail », ce que plusieurs n'ont pas manqué de faire avec zèle. Certains hommes-sandwiches ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant