Lille Métropole : Castelain, le favori d'Aubry, élu face au candidat UMP

le
0
Lille Métropole : Castelain, le favori d'Aubry, élu face au candidat UMP
Lille Métropole : Castelain, le favori d'Aubry, élu face au candidat UMP

C'est une demi-victoire pour Martine Aubry. La maire de Lille, réélue pour un troisième mandat le 30 mars, avait décidé vendredi de ne pas présenter sa candidature à la présidence de Lille Métropole Communauté Urbaine (LMCU). L'ancienne première secrétaire du PS voulait s'épargner ainsi un camouflet alors que son élection était largement compromise après le passage à droite des mairies de Roubaix et Tourcoing.

Mais face au candidat UMP, le député-maire Bernard Gérard, l'ancienne ministre du Travail sous Jospin avait choisi de soutenir Damien Castelain, candidat des petites communes, le décrivant à la tête d'un «groupe qui se réclame de l'indépendance et qui peut rassembler autour d'un projet». Et c'est bien ce dernier, maire rural d'un village de 900 habitants, qui a été élu vendredi en fin de matinée.

La métropole lilloise était à gauche depuis 47 ans

L'homme est un habitué du conseil communautaire. Il est élu pour la première fois en 1998 maire sans-étiquette de Péronne-en-Mélentois, modeste village de l'ancienne châtellenie de Lille, au milieu d'anciens marais, situé à la périphérie de la métropole.

En 2001, il est nommé vice-président à la communauté urbaine, et avec treize années d'expérience il «connaît parfaitement bien le fonctionnement de l'institution», assure-t-il. «C'est encore un autre cap, je ne le ferais pas si je n'avais pas mes troupes pour me soutenir», ajoute-t-il sur son nouveau statut de président.

La gauche, qui contrôle 63 des 179 sièges au conseil communautaire, n'avait pas désigné de candidat. La quatrième agglomération de France change donc de mains après 47 années de domination socialiste.

Le conseil communautaire de Lille Métropole, qui compte 179 membres représentant 85 communes pour un total de 1 150 000 habitants, est à peu près divisé en trois parties, avec un bloc de gauche, un de droite, et un autre regroupant centristes et maires ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant