Lille : Martine Aubry défie Valls sur l'encadrement des loyers

le
0
Lille : Martine Aubry défie Valls sur l'encadrement des loyers
Lille : Martine Aubry défie Valls sur l'encadrement des loyers

Grande absente de La Rochelle, où se déroulent les universités d'été du PS, Martine Aubry donne pourtant de la voix ce samedi. Alors que le Premier ministre, Manuel Valls, a enterré vendredi la loi Duflot en renonçant à l'encadrement des loyers sauf à Paris (et à titre expérimental), la maire de Lille (Nord) est sortie de son silence. Elle demande que sa ville, «reconnue comme la troisième la plus chère de France» , mais aussi d'autres puissent bénéficier aussi de cet encadrement, «dans le respect de l'engagement 22 de François Hollande». 

Martine Aubry veut ainsi appliquer l'une des mesures emblématiques de la loi Alur (accès au logement et un urbanisme rénové), que préconisait l'ex-ministre du Logement, Cécile Duflot. «Lille a besoin d'une régulation de ses loyers. La loi Alur le permet», indique l'ancienne responsable du PS, allant ainsi défier Manuel Valls.

«Paris n'est pas la seule ville de France à avoir besoin d'une régulation de ses loyers», a estimé Martine Aubry dans un communiqué cosigné par Audrey Linkenheld, députée PS du Nord et conseillère municipale déléguée au plan lillois de l'habitat. «Le fait que l'on n'encadre que Paris est incompréhensible au regard du marché immobilier français et de la situation dans un certain nombre de territoires où les loyers dépassent les moyens de beaucoup de personnes», a déclaré plus tard la députée du Nord.

«A Lille, depuis plus d'un an maintenant, nous travaillons en anticipation des obligations légales. Plus que jamais, nous sommes déterminés à faire aboutir ce travail, car notre ville a cruellement besoin d'un dispositif national lui permettant de réguler localement ses loyers et de les rapprocher des capacités financières réelles de ses habitants, tout en préservant la rentabilité des investisseurs», a soutenu Martine Aubry.

Dans le communiqué, la maire de Lille note: «Il est bien sûr exact, pour reprendre les termes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant