Lille, le mercato de tous les dangers

le
1
Lille, le mercato de tous les dangers
Lille, le mercato de tous les dangers

Largué en championnat, éliminé partout sauf en Coupe de la Ligue, le LOSC souffre, à l'image de la cheville droite de Michael Frey. Dans la dernière ligne droite du mercato, les Dogues pourraient tenter un coup nommé Derley afin de soigner une attaque grippée. À la dangereuse condition de vendre un cadre comme Pape Souaré. Un risque calculé ou une balle dans le pied ?

Lille a vécu un automne à la con. Treize matchs sans victoire entre le 10 octobre et le 11 décembre, date d'une claque à la maison 3-0 contre Wolfsburg synonyme d'élimination en Ligue Europa, cela fait mal. Mais vu que les Dogues s'étaient repris depuis - cinq victoires en huit matchs officiels - la bande à René Girard pouvait espérer que le plus dur soit passé. Mais la défaite du week-end dernier à Lorient a remis le LOSC devant les faits : faible dans le jeu, loin de Saint-Étienne et sa 4e place européenne, le club nordiste est en train de rater sa saison. Pire, les Dogues ont perdu sur blessure Michael Frey, le jeune attaquant suisse recruté cet été, et Simon Kjær, son pilier danois en défense.

Si pour le Viking, tout rentrera dans l'ordre dans 15 jours, pour l'Helvète, la fracture de sa cheville droite le met sur la touche pour trois à quatre mois. "On est un peu dans une année noire question physique" expliquait le milieu Jonathan Delaplace en conférence de presse cette semaine. Il faut dire qu'entre la Ligue 1, la Ligue Europa et les Coupes, les Dogues ont enchaîné les compétitions, alors que leur effectif n'était pas forcément étoffé pour. Aujourd'hui distancés en championnat, les Lillois peuvent sauver les apparences grâce à la Coupe de la Ligue, qui leur offre une demi-finale de gala à la maison contre le PSG le 3 février. Encore faudra-t-il assurer le maintien, Lille n'ayant que sept points d'avance sur le premier relégable Évian. D'où l'intérêt de bien gérer la dernière ligne droite du mercato.
Plus mauvaise attaque de Ligue 1
Dès début janvier, René Girard avait pointé une priorité : recruter un buteur pour régler les problèmes offensifs de la plus mauvaise attaque du championnat (17 buts en 21 matchs). Avec la blessure de Frey, on peut penser que le LOSC est plus que jamais dans le besoin. Le meilleur buteur du club, Divock Origi, n'a planté que trois fois, le second, Nolan Roux, deux fois. D'où le refus du club d'anticiper le retour de prêt du Belge à Liverpool contre 6 millions d'euros. Avec le Serbe Petar Škuleti?, beau bébé de 1,95m et auteur de plus de 20 buts depuis le début de la saison, Lille pensait avoir raflé son tueur devant. Sauf que le Partizan Belgrade, initialement vendeur contre 3,5 millions d'euros, a fait machine arrière.

Un gros contretemps pour Lille, qui aujourd'hui active les plans B et semble plus que jamais...






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 3dplus le samedi 24 jan 2015 à 14:38

    C'est une année de transition et un rajeunissement d'effectif , cette politique portera ses fruits dans 2/3 ans .