Lille lanterne rouge

le
0
Lille lanterne rouge
Lille lanterne rouge

Grâce à un Robert Beric bien inspiré, l'AS Saint-Etienne s'assure d'une belle victoire devant des Lillois pas déméritants. La malchance poursuit les joueurs de Frédéric Antonetti, réduits à dix alors qu'ils étaient plus entreprenants et désormais derniers de Ligue 1.

AS Saint-Étienne 3-1 Lille OSC

Buts : Beric (63e), Nordin (72e), Roux (90e+3) pour l'ASSE // Civelli (80e) pour le LOSC

Un nombre colossal de blessés, une équipe en crise de confiance, une pelouse malade du pythium et une grosse averse. Tout était réuni pour un match pas sexy pour un sou. La principale cause est pourtant autre : alors qu'ils avaient le match plutôt bien en main, les Dogues se mettent en difficulté sur une erreur digne d'une équipe de jeunes perdreaux. Comme on dit, jeu de main, jeu de vilain. À 33 ans, Franck Béria va pouvoir repenser à cette maxime en constatant que son équipe est désormais dernière de la Ligue 1.

Béria, le hic

Le début de match est étrange. Malgré ses nombreux absents, Saint-Étienne est plus fringant pour la possession de balle. Dans le même temps, l'ASSE s'expose aux occasions plus franches de Lille. Mendes, Lopes et Eder alertent tour à tour Ruffier. L'un croise trop sa frappe, l'autre tape la barre et le Portugais, d'une bonne tête piquée, oblige le gardien de l'ASSE à un plongeon spectaculaire. Lille ne semble pas bien en place mais plus volontaire. Quelques minutes plus tard, sur un coup franc lointain, Corchia oblige Ruffier à une nouvelle détente, tandis que Ronaël Pierre-Gabriel se claque la cuisse tout seul. Les corps stéphanois craquent, le gardien tient la baraque à lui tout seul... Tout laisse à penser que Lille va finir par prendre l'avantage, jusqu'au geste de Béria. Le latéral lillois met bêtement met la main pour stopper la course du ballon sur une longue transversale sans danger immédiat. Averti cinq minutes plus tôt, il reçoit logiquement un carton rouge. Lille rentre aux vestiaires sans but et avec un joueur de moins.

Beric ria

À la reprise, la pluie intense dégrade une pelouse qui n'avait pas besoin de ça. Le jeu est de moins en moins léché. Lille verrouille dans l'espoir d'un match nul et balance vers Eder, qui se bat comme il peut sans parvenir à réussir grand-chose. Il faut dire que tout seul devant, sans soutien depuis la sortie de Lopes pour Palmieri, la tâche est ingrate. Saint-Étienne joue mal et ouvre pourtant le score sur sa première demi-occasion…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant