Lille l'emporte aux tirs au but !.

le
0
Lille l'emporte aux tirs au but !.
Lille l'emporte aux tirs au but !.

Lillois et Girondins se sont départagés aux tirs au but, après une partie plutôt plaisante. Les Dogues sont sortis vainqueurs d'une longue séance à 18 tireurs (1-1, 6 tab 5).

Lille – Bordeaux : 1-1 (6 tab 5)
Buts : M. Frey (30e) pour Lille ; Mariano (17e) pour Bordeaux.

C'est le match des surprises. Les deux entraîneurs choisissent de faire tourner leurs effectifs, avant de faire tourner les joueurs aux postes. Si certains titulaires habituels sont au repos côté lillois (Nolan Roux, Divock Origi, Rio Mavuba, Florent Balmont, puis Steeve Elana et Simon Kjaer, restés chez eux), d'autres le sont aussi chez les Girondins (Cheick Diabaté, Grégory Sertic, sans oublier Cédric Carrasso blessé, Wahbi Khazri en tribune et Diego Rolan, puni). Marko Basa, lui, pas prévu au coup d'envoi, remballe la chasuble pour finalement suppléer Bakary Soumaoro, touché à l'échauffement. Quand Willy Sagnol change au dernier moment son système de jeu, comme pour brouiller les pistes : avec Tiago Ilori aligné en défense centrale, Nicolas Pallois arrière gauche, et un Julien Faubert, en sus, positionné milieu droit quelques minutes puis vite mué en arrière latéral, du même côté, à l'avantage de Mariano. Ceci expliquant cela sur le but bordelais
Une mi-temps sympa et équilibrée
La première période commence bien dans l'intention, avec des Dogues plus mordants que leurs visiteurs du soir. Et ça aboie dans un stade couvert sonnant vide, mais résonnant quand même à chaque offensive. Parce que Ronny Rodelin (5e) et Ryan Mendes (8e) y vont de leur coup de savate, mais sans succès devant Azbe Jug. Henri Saivet (6e et 12e) les imite, mais Vincent Enyeama lui gâche vite la joie de refrapper dans le cuir, après de longs mois d'absence. De la résistance pour le Nigérian, jusqu'à la 17e minute, donc, et la volée de l'intérieur du pied de Mariano, suite à un centre de l'exter' de Thomas Touré. Les Marine et Blanc assurent, évoluent plus haut, et maîtrisent la balle. Sauf que progressivement, c'est le LOSC qui reprend autant confiance que le jeu à son compte. Récompense ultime : dans une projection collective vers l'avant, et une inspiration géniale de Ronny Rodelin pour Djibril Sidibé, dans la surface adverse, Michael Frey termine au second poteau (30e). Sinon, par la suite, pas grand-chose à se mettre sous la dent pour les deux portiers, qui assistent malgré tout à un match ouvert et équilibré.
Tout sauf la prolongation
Au retour des vestiaires, il y a toujours des velléités offensives de part et d'autre, en dépit...







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant