Lille craque complètement à Montpellier

le
0
Lille craque complètement à Montpellier
Lille craque complètement à Montpellier

Sous une pluie battante, Montpellier a attendu la deuxième période et le réveil de Riyad Boudebouz pour exploser des Lillois aussi malchanceux que peu inspirés.

Montpellier-Hérault SC 3-0 Lille OSC

Buts : Bérigaud (52e), Dabo (60e) et Skhiri (86e)

Cette confrontation entre Montpellier et Lille a permis d'établir une comparaison très claire entre un changement d'entraîneur bénéfique et changement d'entraîneur inutile. À l'image de ce match de la 28e journée de Ligue 1, le MHSC de Frédéric Hantz n'a plus rien à voir avec celui de Rolland Courbis ou de Pascal Baills. Depuis sa prise de fonction, Hantz a remporté quatre des six matchs qu'il a supervisés. Et grâce à sa troisième victoire consécutive contre Lille, Montpellier vient de faire un énorme pas vers le maintien. Et avec la manière.

En face, on ne peut pas en dire autant pour Frédéric Antonetti. Depuis le mois de novembre, il a eu le temps de gérer l'après-Renard. Et pourtant, aucun changement n'a été apporté au fonds de jeu lillois, toujours aussi insipide. Quelque soit le coach sur le banc, le LOSC voyage toujours aussi mal, avec une seule victoire à l'extérieur cette saison. Si l'arrivée d'Antonetti a apporté encore un peu plus de solidité aux Nordistes (enfin, pas aujourd'hui...), cela n'a strictement rien changé sur la qualité de jeu et sur les résultats. Les Lillois doivent regarder derrière eux.

Trop de timidité


Ce sont les Montpelliérains qui décident de rentrer dans le lard lillois d'entrée. Tout de suite, les hommes de Frédéric Hantz s'installent très haut dans le camp lillois et exercent un pressing intense. L'arrière-garde montpelliéraine privilégie le jeu direct, fait de longues transversales, histoire de sauter le milieu de terrain et de gagner les deuxièmes ballons. La tactique fonctionnent bien pendant un petit quart d'heure. Sauf qu'à force de fuir le combat du milieu, les Montpelliérains finissent par le perdre et permettent aux Lillois de reprendre le dessus. Petit à petit, le LOSC met le pied sur le ballon et dégage plus de maîtrise. Mais le temps fort lillois est vite stoppé par les fautes à répétition de Casimir Ninga et la blessure de Renato Civelli.

René…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant