Ligue des champions: Zlatan Ibrahimovic veut combler le manque

le
0

par Olivier Guillemain

SAINT-GERMAIN-EN-LAYE, Yvelines (Reuters) - Zlatan Ibrahimovic fait partie de ces grands joueurs à qui la Ligue des champions s'est toujours refusée mais cette année l'international suédois se sent capable de conjurer le sort et rapporter le trophée à Paris.

Le géant suédois a un CV des plus étoffés mais malgré ses passages chez les plus grands du continent - Juventus, Inter, FC Barcelone ou encore AC Milan, il n'a jamais soulevé la plus prestigieuse des coupes européennes.

Réputé pour sa pugnacité et sa ténacité, l'attaquant court toujours après ce rêve et assure se trouver au bon endroit pour inscrire enfin la C1 à son palmarès.

"J'ai beaucoup de rêves vous savez. Bien évidemment, cela serait plus que parfait de remporter la Ligue des champions", a dit Ibrahimovic mardi en conférence de presse, à la veille de la réception de Benfica pour le compte de la deuxième journée de la phase de groupes.

"Nous disputons cette compétition pour la gagner. C'est pour cette raison que nous jouons tous. J'espère vraiment la gagner avec Paris", s'est-il empressé de préciser.

"Nous avons une équipe fantastique, un nouvel entraîneur, tout est là pour la gagner. Mais bon, parfois il faut avoir un peu de chance et il est vrai que ce genre de compétitions se joue parfois sur des petits détails."

"TOUT LE MONDE SAIT QUI NOUS SOMMES"

La saison dernière, à ce même stade de la compétition, personne ne savait de quoi le PSG, une équipe bâtie à la hâte à coup de millions d'euros, serait capable.

Douze mois, un titre de champion et un quart de finale de C1 avec une élimination au terme de deux matches nuls contre le FC Barcelone plus tard, la donne a changé, selon Ibrahimovic.

"La grosse différence entre aujourd'hui et l'année dernière, c'est que désormais tout le monde sait qui nous sommes. L'an dernier, certains se demandaient ce qu'on serait capable de faire, tout était nouveau. Aujourd'hui, les autres équipes ont du respect pour nous", a souligné Zlatan Ibrahimovic.

"Ils nous voient désormais comme un concurrent pour gagner ce trophée. Et puis vous savez, l'équipe a aujourd'hui un an de plus, cela fait une grande différence. Personne ne regarde derrière, tout le monde regarde devant."

Promu capitaine en l'absence de Thiago Silva, blessé, Ibrahimovic a appris à se faire apprécier de son entraîneur, Laurent Blanc, qui le tient en haute estime malgré l'image qu'il peut parfois véhiculer en dehors du groupe.

"C'est très difficile après trois mois de vie commune de dire que j'ai cerné son caractère", a souligné l'ancien sélectionneur des Bleus. "Je n'ai pas la prétention de dire cela. Mais pour un entraîneur, avoir un joueur de caractère qui est un des meilleurs au monde, c'est une très bonne chose".

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant