Ligue des champions: "rien n'est fait" pour l'OM, dit Deschamps

le
0
DIDIER DESCHAMPS SATISFAIT MAIS PRUDENT APRÈS LA VICTOIRE 1-0 DE L'OM SUR L'INTER
DIDIER DESCHAMPS SATISFAIT MAIS PRUDENT APRÈS LA VICTOIRE 1-0 DE L'OM SUR L'INTER

par Jean-François Rosnoblet

MARSEILLE (Reuters) - Le court succès de Marseille mercredi soir face à l'Inter Milan a entrouvert la porte d'une qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions mais le club se méfie toutefois de la réaction milanaise le 13 mars en Italie.

André Ayew a offert la victoire aux siens d'un but arraché dans le temps additionnel de la rencontre (90e+3).

"On a marqué à un moment où ils n'ont aucune chance de revenir. Cela fait du bien quand cela tourne du bon côté. C'est nous qui sommes récompensés, c'est une bonne chose", s'est réjoui Didier Deschamps, l'entraîneur marseillais.

"C'est un petit avantage qui me satisfait, mais il ne faudra pas se contenter de défendre au retour", a-t-il toutefois tenu à préciser.

"Rien n'est fait, mais c'est une joie et une fierté pour mes joueurs qui y ont cru jusqu'au bout", a-t-il ajouté.

"L'expérience et la gestion, ils savent mieux faire que nous. Il faut lutter avec d'autres armes, comme la détermination et le mental. André Ayew a ces qualités ancrées en lui et c'est communicatif", a souligné le technicien.

Ce revers fragilise davantage la situation du club lombard, qui reste désormais sur six défaites - dont une humiliation 3-0 face à Bologne vendredi - et un nul toutes compétitions confondues.

"Prendre un but à la 93e minute, ce n'est pas comme manger une glace, c'est un grand coup sur la tête", a affirmé l'entraîneur de l'Inter Milan, Claudio Ranieri.

Estimant avoir eu davantage d'occasions que son adversaire, l'entraîneur italien a estimé que son "équipe ne méritait pas de perdre" cette rencontre.

"Cette défaite ne change rien, elle ne nous met pas davantage de pression. Nous avons encore la possibilité d'inverser la tendance", veut-il croire.

"Il suffit de mettre deux buts, on a les capacités pour le faire", a-t-il conclu.

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant