Ligue des Champions - PSG : Paris porte la griffe d'Unai Emery

le
0
Ligue des Champions - PSG : Paris porte la griffe d'Unai Emery
Ligue des Champions - PSG : Paris porte la griffe d'Unai Emery

En alignant son habituel 4-3-3 avec Krychowiak en sentinelle et Matuidi à un poste d’ailier gauche, Unai Emery a effectué des choix forts contre Arsenal (2-2). Cette fois-ci, la tactique du Basque a porté ses fruits.

Une fois que le Paris Saint-Germain entend la mélodie entraînante de la Ligue des Champions, il cesse de ronronner. Ce match contre Arsenal mercredi (2-2), qui place le PSG en position de force avant la dernière journée de la C1, fera date. Pour la saison du club de la Capitale, mais aussi pour Unai Emery. Dans une rencontre aux allures de test, l’entraîneur parisien a pris des décisions fortes. Le choix des hommes, les changements opérés en cours de match : le Basque a imposé sa patte sur cette équipe. Le résultat est là, son travail est validé. Dès que la composition d’équipe parisienne est tombée, tout le monde s’est souvenu du onze de départ aligné au Parc des Princes contre les Gunners (1-1), avec notamment Matuidi placé à gauche de l’attaque francilienne. Unai Emery a remis ça et le milieu des Bleus a encore livré un match de très belle facture dans une position où il n’a jamais eu peur de faire du dépassement de fonction.

Comme à l’aller, la première période du PSG a été monstrueuse

Car au-delà de sa passe décisive pour l’ouverture du score d'Edinson Cavani, le Français a couru dans tous les sens pour prêter main forte aux trois autres milieux parisiens. Même si Marco Verratti a déçu, Thiago Motta, toujours aussi énorme, et Grzegorz Krychowiak, bon jusqu’à sa boulette, n’ont jamais laissé respirer une équipe londonienne étouffée de tous les côtés en première période. Avec un pressing tout terrain, intense et incessant, Paris a montré un visage très séduisant. Les 30 premières minutes de la rencontre ont été exceptionnelles. Le plan mis en place par Emery a fonctionné à merveille. Le but de Cavani en est l’illustration parfaite : Thiago Motta, placé au poste de relayeur gauche, à la construction, Matuidi à la passe. Une action, deux choix validés. La seule chose qui a plombé le PSG, c’est la double boulette de Krychowiak avant la pause. Le Polonais est un choix d’Emery, mais cette défaillance est une erreur individuelle et rien d’autre. L’ancien Rémois a paniqué, son équipe l’a payé cash.

Paris a terminé en 4-2-3-1

Sur l’ensemble des deux matchs, le PSG a été supérieur. Le score indique un score de parité (3-3), mais pas au niveau du jeu proposé. Aussi bien à l’aller qu’au retour, Paris a été au-dessus tactiquement. Unai Emery sait ce qu’il fait et il l’a prouvé. Avec l’entrée de Ben Arfa en fin de rencontre, le PSG a même muté en 4-2-3-1 : HBA derrière Cavani, deux milieux « défensifs » (Verratti-Thiago Motta) et Matuidi toujours sur la gauche. Changer de système en cours de match n’a pas changé la philosophie parisienne, toujours orienté sur la verticalité et le pressing. Paris s'est adapté. « On a fait un bon travail pour mettre la pression face à une équipe qui aime avoir le ballon, a estimé l’Espagnol. Il faut saluer le travail de Cavani, Matuidi et Lucas. Le résultat est juste. Cela aurait été bien de marquer sur nos occasions franches après le 2-2. Mais le 2-2 est juste. C'est normal de faire des erreurs quand tu prends des risques. » C’est la seule chose qui a empêché Paris de repartir de Londres avec trois points dans ses valises. Ça et le manque de réussite de Cavani. Avec un peu plus de réalisme et une meilleure gestion des temps faibles, ce PSG pourrait avoir de la gueule au printemps quand les choses sérieuses commenceront. En attendant, Unai Emery a offert quelque chose de précieux à son PSG : une identité. A voir aussi :  >>> Le PSG est reparti à Londres avec ce qu'il voulait  >>> Ce Lucas-là défie toute concurrence 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant