Ligue des Champions - PSG : Ce Lucas-là défie toute concurrence

le
0
Ligue des Champions - PSG : Ce Lucas-là défie toute concurrence
Ligue des Champions - PSG : Ce Lucas-là défie toute concurrence

Repositionné à droite en l’absence d’Angel Di Maria, Lucas a réalisé l’un des tout meilleurs matchs de sa carrière en Ligue des Champions mercredi contre Arsenal (2-2). L’occasion de faire taire les critiques et d’éloigner une concurrence appelée à devenir plus féroce.

L’UEFA aurait pu se montrer plus conciliante avec Lucas. Sa tête était cadrée, même si elle n’aurait certainement pas trompé David Ospina sans le concours d’Alex Iwobi, finalement crédité d’un but contre son camp. Mais peu importe, l’ailier auriverde (24 ans) a couronné de cette action décisive un match plein avec le PSG contre Arsenal mercredi en Ligue des Champions (2-2) et a ainsi arraché un nul synonyme de première place provisoire dans le groupe A. « C’est dommage, mais l’important, c’est le but, s’est-il amusé au micro de Canal+ après la rencontre. On a très bien joué, on a eu beaucoup d’intensité. C’est très difficile de jouer ici, mais ce sont des matchs comme ça qui montrent que nous sommes forts. On a vu un grand PSG, malgré le résultat. On a eu un peu de malchance, mais on a toujours gardé la tête froide, on a réussi à faire de bonnes choses. On a aussi raté des occasions et on aurait pu gagner. Mais on a fait un très bon match, je suis content d’avoir pu aider l’équipe avec un but. »

Un match-référence attendu depuis quatre ans

Cela faisait un moment que Lucas attendait un match-référence sur la scène européenne, a fortiori dans une soirée qui compte. Il avait bien ébloui son monde pour sa première en C1 avec le PSG, à Valence en huitièmes de finale aller il y a de cela près de quatre ans (1-2). Mais les promesses de Mestalla n’avaient pas été tenues depuis. Lucas a démontré à Londres qu’il les avait toujours dans les pattes. Unai Emery l’avait repositionné à droite en l’absence d’Angel Di Maria, finalement forfait après son alerte à la cuisse contre Nantes samedi dernier (2-0). Plutôt que de titulariser Hatem Ben Arfa dans un rôle similaire à celui de « Fideo », l’entraîneur du PSG a préféré replacer l’attaquant international brésilien (35 sélections) dans sa position préférentielle et envoyer Blaise Matuidi sur la gauche. « Je suis plus habitué à jouer à droite, mais il faut se débrouiller pour jouer à gauche si le coach a besoin. S’il me dit que je dois y jouer, j’essaye. »

Une deuxième période de très haut niveau

Mais c’était une soirée à remettre Lucas dans sa zone de confort. Il donne autrement plus de garanties que ses concurrents depuis le début de la saison, avec déjà sept buts et deux passes décisives toutes compétitions confondues. Joueur le plus utilisé par Emery, l’ancien de Sao Paulo a mis le temps avant de se mettre dans le match à l’Emirates Stadium. Son entrée en matière avait tout pour effrayer, entre mauvais choix et contrôles approximatifs, comme il peut les multiplier dans les mauvais jours. Sauf qu’il est monté en puissance au fil des minutes, a mieux combiné avec Thomas Meunier tout en venant à son secours dans le repli défensif. Le tout jusqu’à réaliser une deuxième période de très haut niveau. Quand Arsenal a baissé de pied physiquement, Lucas a déchiré son bloc à chacune de ses accélérations, que ce soit dans l’axe ou sur son aile droite. Ses enchaînements de dribbles ont rappelé à quel point sa technique en mouvement pouvait être exquise quand elle s’exprimait avec justesse.

Lucas : « Je donne ma vie pour aider l’équipe »

Il a aussi prouvé à quel point il avait progressé dans le pressing et la discipline sous Emery, à l’image de ce ballon récupéré dans les pieds de Laurent Koscielny. « Le plus important, c’est l’équipe et je donne ma vie pour l’aider ». Le coup-franc qui s’en est suivi, il l’a envoyé lui-même sur la barre transversale de David Ospina (54eme). Après avoir largement participé à l’égalisation parisienne, il a offert à Edinson Cavani deux balles de match dans deux styles différents : l’une avec abnégation (79eme), l’autre avec talent d’un centre déposé sur la tête du Matador (82eme). Lucas a beau avoir du déchet dans ses transmissions (67% de passes réussies, le plus faible ratio des 22 titulaires), il est un poison constant pour la défense adverse quand il est si précis dans ses crochets et dans ses accélérations. Au moment où Ben Arfa et Jesé montent en puissance physiquement, pour renforcer la concurrence dans le secteur offensif, le Pauliste a rappelé qu’il ne serait pas si simple de le déloger du onze de départ. A voir aussi : >>> Le compte-rendu du match >>> Le résumé de la soirée de mardi
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant