Ligue des champions. Nice-Ajax : «Ne pas avoir peur», confie Dante, le capitaine niçois

le
0
Ligue des champions. Nice-Ajax : «Ne pas avoir peur», confie Dante, le capitaine niçois
Ligue des champions. Nice-Ajax : «Ne pas avoir peur», confie Dante, le capitaine niçois

Vainqueur de la Ligue des champions avec le Bayern Munich en 2013, le défenseur brésilien espère retrouver cette compétition au plus vite. Mais le parcours est semé d'embûches. Si Nice élimine l'Ajax Amsterdam, il retrouvera au tour suivant des équipes comme Liverpool, le Séville FC ou Naples...

 

Après votre troisième place en championnat la saison dernière, est-ce que le plus dur commence pour Nice ?

Dante. Le football est un éternel recommencement. Les grandes équipes ont cette capacité à enchaîner les bons résultats, les grandes saisons. On poursuit notre marche en avant, on veut grandir encore. Ce ne sera pas évident car beaucoup d'équipes se renforcent en Ligue 1. Elles disposent de plus de moyens que nous et on sera beaucoup plus attendus, c'est sûr.

Le top 7 de Ligue 1, c'est ce que doit viser l'OGC Nice ? Oui, voilà. On a réussi quelque chose d'exceptionnel la saison dernière, mais c'est du passé. Ça ne sert à rien d'y repenser. En revanche, on a un vécu commun qui nous permet d'avoir des bases solides. A nous de ne pas oublier ce qui a fait notre force, à savoir le jeu.

 

Comment abordez-vous ce match contre l'Ajax Amsterdam ?

Avec de la concentration et de l'envie. Nous serons présents. Si on veut faire progresser le club, ça passe par des rencontres comme celle-ci. C'est le chemin normal. Il ne faut pas avoir peur de ces matchs. On a un groupe de qualité, mais ça reste jeune alors qu'on s'avance vers de grandes échéances.

 

«Faire preuve de patience»

 

Se qualifier pour l'Europe, c'est l'objectif prioritaire de ce début de saison ?

Mon rêve, je le répète, c'est de rejouer la Ligue des champions. Pour cela, il va falloir une concentration maximale. On ne prépare pas un tel rendez-vous comme un match de championnat. Ça n'a rien à voir. J'en parle avec mes coéquipiers. J'ai joué plusieurs saisons cette compétition, il n'y a rien de plus beau. Ça me manque cette pression. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant