Ligue des champions: Montpellier ne veut pas lâcher l'Europe

le
0
MONTPELLIER RÊVE D'UN PREMIER MATCH GAGNÉ EN LIGUE DES CHAMPIONS
MONTPELLIER RÊVE D'UN PREMIER MATCH GAGNÉ EN LIGUE DES CHAMPIONS

par Dimitri Moulins

MONTPELLIER (Reuters) - Mal en point en Ligue 1 où il pointe à la 16e place, Montpellier vit la Ligue des champions comme une respiration dans un début de saison morose.

Face aux Grecs de l'Olympiakos, leaders de leur championnat avec sept victoires en sept matches, les Héraultais rêvent mercredi d'un premier match gagné dans la compétition européenne.

Avec seulement deux victoires en neuf rencontres de L1, le club du président Louis Nicollin a en effet bien du mal à retrouver le sourire. Manque de rigueur, de concentration, les erreurs s'accumulent et coûtent cher au champion en titre.

Pourtant, Montpellier a su, lors de ses deux précédentes rencontres de Ligue des champions, contre Arsenal (défaite 2-1 à la Mosson) et à Gelsenkirchen face à Schalke 04 (2-2), hisser son jeu au niveau exigé par la compétition.

Comme si les joueurs étaient capables de se dépasser pour ce type de rendez-vous face à des adversaires prestigieux alors qu'ils sont en difficulté au quotidien en L1.

"J'irais même un peu plus loin. Je crois qu'il y a une conscience de la part de tout le monde que le championnat de France reste notre priorité", explique à Reuters l'entraîneur, René Girard, suspendu pour cette rencontre.

"Peut-être qu'en ayant fait les résultats assez moyens du début de saison, cela nous amène un peu moins de sérénité et de confiance, peut-être un peu plus de fébrilité. Et ça, on ne le perçoit pas et on ne le ressent pas quand on joue la Ligue des champions. C'est tout à fait logique."

Car en C1, Montpellier ne se retrouve pas dans la position du tenant du titre, attendu à chaque rencontre, mais dans celui de l'outsider qui lui avait si bien réussi la saison dernière en Ligue 1.

"SE FORGER UN MENTAL DE VAINQUEUR"

Aujourd'hui, dans cette Ligue des champions, Montpellier n'a plus rien à perdre. Et seul un parcours dorénavant sans faute à domicile peut lui laisser une infime chance de poursuivre l'aventure.

Pourtant, pas question pour le club héraultais d'abandonner pour ne se consacrer qu'au championnat de France, comme le lui suggèrent bon nombre d'observateurs ou même de supporters.

"Certains diront qu'on y laisse de l'énergie, mais ce n'est pas le problème", répond Girard. "Je ne vois pas comment on pourrait dire qu'on laisse tomber, ce n'est pas possible. Même si, pour nous, la priorité reste le championnat, on ne peut pas se permettre n'importe quoi en Ligue des champions."

Le discours tenu à ses joueurs par l'entraîneur du MHSC est même à l'inverse, ce match contre l'Olympiakos doit servir à préparer les prochaines rencontres de Ligue 1.

Et une victoire permettrait aussi de prendre l'avantage sur le club grec dans la lutte pour la troisième place synonyme de qualification en Ligue Europa, l'Olympiakos ayant déjà perdu face à Schalke 04 à domicile (2-1) et à Arsenal (3-1).

"C'est un peu paradoxal car ce sont deux compétitions différentes mais pour être bien, il ne faut rien négliger", précise René Girard.

"On se doit de prendre cette Ligue des champions avec sérieux pour justement avoir une continuité, une aide dans le championnat. Il faut être le plus déterminé possible pour se forger un mental de vainqueur, de gagnant: respecter l'échéance qui arrive, réaliser le meilleur match possible, le plus solide possible et tenter de le gagner pour enclencher une dynamique pour la suite."

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant