Ligue des Champions : Monaco sur la voie royale

le , mis à jour à 09:27
0
Ligue des Champions : Monaco sur la voie royale
Ligue des Champions : Monaco sur la voie royale

A l'issue de cette quatrième journée, l'AS Monaco fait partie de ces rares équipes toujours invaincues dans la reine des Coupes d'Europe. A l'instar d'Arsenal, du PSG et du Real Madrid... « Pour l'instant, c'est mission accomplie, souffle Vadim Vasilyev, le vice-président monégasque. On est sur la bonne voie. Maintenant, il faut garder cette dynamique. »

 

Avec cet éclatant succès contre le CSKA Moscou (3-0), le club de la principauté, leader de son groupe, dispose d'un pécule de huit points. Ce qui lui permet d'ores et déjà de s'assurer une suite en Ligue Europa, en cas de troisième place.

 

Mais cela serait une erreur de ne pas viser plus haut. Ce n'est toutefois pas le message insufflé par Leonardo Jardim à ses troupes. En interne, le coach portugais demande toujours plus. Son credo : repousser les limites de son effectif composé de très jeunes éléments. Un message qui plaît aussi à Falcao, auteur d'un doublé hier soir.

 

Falcao comme à ses plus belles heures

 

Deux réalisations qui vont redonner de la confiance au Colombien, lequel retrouve petit à petit toutes ses sensations. En Ligue des champions, l'ancien du FC Porto en est désormais à six buts. Le tout en dix rencontres disputées seulement.

 

Mais au-delà de ce ratio assez surprenant, ce qui va rester en mémoire, c'est surtout ce troisième but inscrit par Falcao sur une offrande de Germain. Une action caractéristique du Colombien, avec un amour de ballon piqué qui finit au fond des filets du portier russe. Comme à ses plus belles heures...

 

« L'important, c'est que le club et moi croient en Falcao, glisse Jardim. Il a beaucoup combiné (avec Germain), mais il lui manque un peu de rythme pour retrouver le niveau qui était le sien. » « Falcao ? Je n'ai jamais douté, enchaîne Vasilyev. Mais, dans le foot, il n'y a pas de miracle. Un joueur qui n'a pas joué pendant presque deux ans et demi, il faut lui laisser du temps. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant