Ligue des champions : Monaco résiste à Benfica et garde ses chances (0-0)

le
0
Ligue des champions : Monaco résiste à Benfica et garde ses chances (0-0)
Ligue des champions : Monaco résiste à Benfica et garde ses chances (0-0)

Monaco, qui a résisté à Benfica (0-0) mercredi soir au Stade Louis-II lors de la 3e journée de la Ligue des champions (groupe C), peut encore croire à ses chances de qualification pour les 8e. Pour les Monégasques, ce nul n'est un mauvais résultat ni à la vue du match globalement dominé par les Portugais ni sur le plan comptable.

Il permet en effet aux joueurs de la Principauté, 5 points au compteur désormais, de maintenir quatre longueurs d'avance sur leurs adversaires du soir et de se déplacer au Stade de la Luz, le 4 novembre prochain avec la possibilité de les éliminer de la course à la qualification en cas de victoire.

Leonardo Jardim avait décidé de reconduire le même onze de départ que celui qui avait accroché un bon nul à Saint-Pétersbourg (0-0) lors de la dernière journée. Ocampos et Dirar étaient donc alignés dans les couloirs monégasques, chargés de bloquer les attaques adverses et d'offrir des solutions offensives.

Bon début monégasque

C'est d'ailleurs Ocampos qui donnait à Monaco la première occasion franche. Décalé astucieusement par Berbatov dans la surface, il n'avait plus qu'à cadrer sa tentative dans le but vide pour marquer. Mais le jeune Argentin assurait mal sa reprise, qui filait au-dessus des buts d'un Artur battu (5). Malgré cette opportunité rare en Ligue des champions et complètement gâchée, Monaco poursuivait avec les mêmes intentions. Le côté droit du duo Fabinho-Dirar était performant. Et le latéral gauche international portugais Eliseu avait bien du mal avec le Marocain (8).

Mais, les Lisboètes n'étaient pas venus pour défendre. Encore vierge de point dans la compétition, leurs intentions de victoire étaient affichées. Toulalan, au milieu, avait fort à faire et devait s'employer pour tenter de se faire respecter. Progressivement pourtant, la machine portugaise se mettait en ordre de marche. Il fallait onze Monégasques pleins d'abnégation pour maintenir les vagues ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant