Ligue des champions : Marseille s'incline au Vélodrome face à Arsenal (1-2)

le
1
Ligue des champions : Marseille s'incline au Vélodrome face à Arsenal (1-2)
Ligue des champions : Marseille s'incline au Vélodrome face à Arsenal (1-2)

«Ce qui domine c'est un sentiment de frustration, et de déception. Mais le réalisme était du côté d'Arsenal.» Elie Baup résumait en peu de mots, quelques minutes après la défaite de Marseille, mercredi à domicile face aux Anglais d'Arsenal (2-1), pour la 1re journée de Ligue des champions. Marseille a entamé de la pire des façons cette phase de poule et déjà hypothéqué ses chances de qualification dans un groupe extrêmement relevé où figurent aussi Dortmund (Allemagne) et Naples (Italie).

«C'est évident que les points sont chers, poursuivait l'entraîneur marseillais. Mais tant qu'on n'a pas fait les cinq matches qui restent, il faut toujours y croire et essayer d'être le plus efficace possible et d'éviter les erreurs.»

Pour ses retrouvailles avec la C1, après un intermède d'une saison en Europa League, Elie Baup avait fait confiance à ses titulaires habituels. Au milieu de terrain, le jeune Giannelli Imbula (21 ans) était ainsi aligné au côté d'Alayxis Romao, deux joueurs qui faisaient leurs grands débuts dans la compétition.

En face, pour son 153e match de Ligue des champions, un record parmi les entraîneurs en activité (seul Alex Ferguson en compte plus avec 190 matches), Arsène Wenger pouvait finalement compter sur Olivier Giroud, un temps incertain pour une douleur à un genou.

Les débats, entamés sur un rythme soutenu, étaient très équilibrés en première période, même si les plus belles occasions revenaient aux Marseillais, notamment à André Ayew dont la tête décroisée à la réception d'un centre de Payet frôlait le poteau droit du gardien polonais Szczesny, battu sur ce coup. Le Ghanéen était de nouveau destinataire d'un bon centre de l'ex-Lillois mais l'Allemand Mertesacker s'interposait (38e). Une autre tête de Gignac passait de peu au-dessus juste avant la pause.

Les Anglais avaient aussi mis Mandanda à contribution, comme sur un tir de Walcott dès la 6e minute.

Un penalty de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • imozen le jeudi 19 sept 2013 à 14:57

    sans le penalty généreux, c'était OM 0 - 2 Arsenal...