Ligue des champions: maintenant, il faut la gagner, prévient Robben

le
0
ROBBEN NE COMPTE PAS S'ARRÊTER EN SI BON CHEMIN
ROBBEN NE COMPTE PAS S'ARRÊTER EN SI BON CHEMIN

BARCELONE, Espagne (Reuters) - La victoire de prestige du Bayern Munich 7-0 en score cumulé contre le FC Barcelone en demi-finale de la Ligue des champions ne servira à rien si jamais les Bavarois ne s'imposent pas le 25 mai à Wembley, a prévenu mercredi l'international néerlandais Arjen Robben.

"Nous nous sommes dit, juste après le coup de sifflet final: 'Maintenant, il faut la gagner'", a expliqué Robben dans la foulée de la victoire de siens 3-0 au Camp Nou, huit jours après avoir déjà corrigé les Catalans 4-0 lors du match aller.

"Notre objectif est vraiment de la gagner cette fois. Nous réalisons une superbe saison, à l'image de notre match de ce soir. Il ne nous reste plus qu'à valider tout ça le 25 mai", a poursuivi le premier buteur de la belle soirée bavaroise.

"En ce moment, nous jouons un très grand football et il faut savourer. Mais il faut aussi qu'on essaye de s'améliorer encore. C'est la troisième fois que nous sommes en finale en quatre ans, il est grand temps de gagner cette Ligue des champions."

Le Français Franck Ribéry, à l'origine du deuxième but du Bayern et passeur décisif sur le troisième, s'est dit lui aussi impatient de voir cette malédiction s'arrêter. En 2010, le Bayern avait été battu par l'Inter et la saison dernière, il avait chuté à domicile face à Chelsea.

"J'espère que cette fois-ci, on pourra remporter cette finale. Contre Dortmund, ce ne sera pas facile, c'est une équipe qui a un peu notre style, qui défend bien, qui court beaucoup aussi. Ce sera un bon match", a dit l'ancien joueur de l'Olympique de Marseille au micro de Canal Plus.

"On espère qu'on sera meilleur que Dortmund et qu'on pourra gagner cette finale. J'ai déjà perdu deux finales, je n'ai pas envie d'en perdre une troisième", a-t-il ajouté, tout sourire.

"L'ÉQUIPE LA PLUS FORTE D'EUROPE"

Au même moment, le défenseur Gérard Piqué a expliqué à la télévision espagnole qu'il venait de vivre une soirée des plus humiliantes en concédant cette défaite, la pire du Barça dans son histoire européenne en score cumulé.

"Ce n'est pas génial d'avoir expérimenté quelque chose comme ça. Je pense qu'on a bien joué en première période mais une fois qu'ils ont marqué, cela nous a plombé le moral. Quand une équipe est supérieure, il faut lui rendre hommage", a dit le défenseur catalan, coupable d'un but contre son camp en deuxième mi-temps.

"Le fait que Lionel Messi, le meilleur joueur au monde, n'ait pas pu évoluer ce soir sur la pelouse a été l'un des facteurs du résultat mais je ne pense pas que s'il avait été parmi nous cela aurait changé grand-chose", a-t-il conclu.

Le président du Barça, Sandro Rosell, s'est également montré élégant dans la défaite en décrivant le Bayern comme "l'équipe la plus forte d'Europe".

"Je voudrais féliciter le Bayern parce que cette équipe était clairement la meilleure et elle mérite de jouer la finale. Nous, nous avons perdu cette qualification à Munich", a-t-il commencé par souligner.

"Évidemment l'absence de Lionel Messi s'est fait ressentir mais les autres joueurs ont relevé le défi. Je suis fier de l'équipe, du staff technique et des supporters", a ajouté le dirigeant.

Martyn Herman à Londres avec Mark Elkington à Madrid; Olivier Guillemain pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant