Ligue des Champions : Lyon sauve les apparences

le
0
Ligue des Champions : Lyon sauve les apparences
Ligue des Champions : Lyon sauve les apparences

La marche a longtemps été trop haute. Sortis par la petite porte de la Ligue des champions la saison dernière, les Lyonnais ont encore une toute petite chance de voir les huitièmes de finale cette saison après avoir arraché le match nul sur la pelouse de la grande Juventus Turin, hier soir (1-1).

 

Grâce à un coup de tête rageur de Corentin Tolisso, l'homme qui maintient le navire OL à flot dans cette Coupe d'Europe. Lyon reste en vie mais n'est toutefois plus maître de son destin.

 

En effet, troisième de son groupe, il se situe à six points du leadeur, le FC Séville, et à quatre points de son adversaire du soir, la Juventus, à deux petits matchs de la fin. Il ne faudrait pas un miracle mais un sacré coup du destin.

 

Tolisso comme un symbole

 

Hier soir, il fallait un exploit. Lyon n'a pas été ridicule mais a longtemps été incapable de se sublimer sur le terrain de la Juventus. L'OL a péché par manque d'expérience, à l'image du pénalty concédé par le jeune Diakhaby, 19 ans, pour une poussette sur Sturaro et transformé par Higuain (1-0, 13e).

 

Mais il serait injuste d'incriminer le seul défenseur central. Pour franchir la montagne turinoise, Lyon se devait de tout mieux faire hier soir. Car l'OL a eu des situations. A l'aller comme au retour, c'était une Juve au petit trot, qui s'est contentée du minimum. Les stars lyonnaises, comme trop souvent en Ligue des champions, n'ont pas été au rendez-vous.

 

A l'instar du duo tant attendu Fekir-Lacazette. Le premier n'est que l'ombre du fabuleux joueur qu'il a été, ne parvenant pas à retrouver un second souffle après sa grave blessure au genou. Alexandre Lacazette, de son côté, n'est encore par parvenu à élever son niveau de jeu en Ligue des champions.

 

Les maux lyonnais, eux, ne datent pas de cette douloureuse soirée au Juventus Stadium. Ils sont plus profonds. L'OL a longtemps été incapable de créer les conditions de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant