Ligue des champions: Lyon ira confiant à Nicosie

le
0
LYON IRA À NICOSIE AVEC CONFIANCE
LYON IRA À NICOSIE AVEC CONFIANCE

par André Assier

LYON (Reuters) - Lyon a assuré le minimum (1-0) à domicile face à l'APOEL Nicosie, mais se rendra confiant dans trois semaines à Chypre, fort de son potentiel offensif et des qualités avant tout défensives de son adversaire.

Pour leur première victoire en phase à élimination directe de la Ligue des champions depuis le 23 mars 2010 (face à Bordeaux, 3-1) et la 50e dans cette compétition en 105 matches depuis 2000, les septuples champions de France n'ont guère brillé dans le jeu.

Mais l'essentiel était peut-être ailleurs. "Nous avons fait le minimum. Nous avons marqué et nous n'avons pas pris de but. Au retour, cela sera chaud mais nous avons un petit avantage", estime l'attaquant Jimmy Briand.

L'histoire de la Ligue des champions dit qu'une équipe qui s'est imposée 1-0 sur son terrain à l'aller a 59% de chances de se qualifier.

Lyon a donc une petite marge, après un match où les statistiques parlent pour lui (18 tirs à 1) et avant une confrontation au retour où les Chypriotes devront cette fois prendre le jeu à leur compte.

"Nous irons à Chypre avec beaucoup d'ambition. L'APOEL est une équipe qui défend bien et qui a des qualités techniques. Au retour, ce sera à notre adversaire de faire le jeu alors que notre ligne offensive peut faire la différence", analyse le défenseur Anthony Réveillère.

Un constat partagé par son entraîneur, Rémi Garde, satisfait de sa défense qui donnait ces derniers temps des signes de fragilité.

"L'objectif était de marquer des buts et de ne pas en prendre face à une équipe qui aspire ses adversaires et qui contre très bien. Au retour, l'APOEL devra marquer au moins un but, attaquer, et nous serons prêts pour tous les scenarii", dit Rémi Garde.

L'ÉCLOSION DES JEUNES

Lyon peut une nouvelle fois dire merci à la qualité de sa formation, pierre angulaire de son renouveau cette saison. Après l'éclosion de Maxime Gonalons, puis de Clément Grenier et de Samuel Umtiti, Lyon peut compter durablement sur Alexandre Lacazette.

Co-meilleur buteur avec l'équipe de France des moins de 21 ans en Colombie lors de la Coupe du Monde 2011, le jeune Lyonnais vient de changer de statut.

Etiqueté "Super Sub" (super remplaçant), sorti du banc dans les dernières minutes pour débloquer les situations, il gagne désormais sa place de titulaire.

"J'avais pensé que son jeu, tout en vivacité et en inspiration avec ou sans ballon pouvait se prêter à déstabiliser la défense ultra regroupée chypriote", explique Rémi Garde.

"Sa prestation est encourageante pour un jeune joueur qui a la tête sur les épaules, qui travaille bien et qui est au service de l'équipe", ajoute-t-il.

Lacazette a fait gagner son équipe face à Nicosie après l'avoir relancé contre Bordeaux en Coupe de France la semaine dernière ou contre Lorient en Coupe de la Ligue.

"Je le répète souvent aux jeunes: rien n'est arrivé. Mais lui, s'il continue comme cela, il ira très loin", prédit l'entraîneur.

Alexandre Lacazette, que l'on commence à comparer à l'ancien international Sylvain Wiltord, est doté d'un état d'esprit loué en interne, mais qui n'empêche pas une certaine ambition.

"J'arrive à démontrer qu'en débutant un match, je pouvais marquer. J'ai enlevé cette étiquette de joker. Je le dois à la confiance du staff et de mes coéquipiers. Cela se voit sur le terrain où je prends plus de responsabilités", dit le jeune homme, originaire de la Guadeloupe.

édité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant