Ligue des champions: Lyon battu 2-0 par la Real Sociedad

le
0

PARIS (Reuters) - Les Lyonnais ont essuyé mardi face à la Real Sociedad une défaite 2-0 à domicile en match aller des barrages de la Ligue des champions qui les contraint à réaliser un exploit la semaine prochaine et à pratiquer, d'ici là, un examen de conscience.

Plus vifs, plus techniques et plus sereins, les Espagnols ont affiché tout au long du match une incontestable supériorité, symbolisée par deux superbes buts signés Antoine Griezmann (17e) et Haris Seferovic (50e).

Le cauchemar des Lyonnais s'est poursuivi jusqu'à l'exclusion du défenseur central Milan Bisevac (75e) qui ne jouera pas le match retour prévu mercredi 28 août à Saint-Sébastien.

Rémi Garde et ses joueurs venaient pourtant d'aligner quatre victoires en autant de matches officiels depuis le début de la saison grâce à un peu de réussite et au talent de ses jeunes joueurs.

Mais ils avaient toutes les raisons de se méfier de ces Basques qui ont fini quatrième de la Liga espagnole la saison derrière en produisant un jeu séduisant dont ils n'ont semble-t-il rien perdu.

"En première mi-temps, on n'a pas été dans l'agressivité, on a perdu beaucoup de duels", a analysé le capitaine de l'OL, Maxime Gonalons, sur BeIN Sport. "C'est la Ligue des champions, c'est une autre intensité par rapport au championnat."

"On prend ce soir des buts qui font mal parce qu'on est chez nous", a-t-il déploré. "Le match retour va être difficile mais on va se battre jusqu'au bout."

Les Espagnols ont adressé un premier avertissement à la 12e minute de jeu sous la forme d'une frappe puissante de Carlos Vela sur le poteau droit du gardien lyonnais, Anthony Lopes.

UNE TRANSVERSALE POUR LYON

Cinq minutes plus tard, le même Carlos Vela est parti sur la gauche dans le dos de la défense lyonnaise avant de centrer vers le Français Antoine Griezmann, parfaitement isolé dans la surface de réparation.

Le jeune ailier, né à 70km au nord de Lyon, a alors marqué sur un ciseau retourné acrobatique (17e, 0-1).

La Real Sociedad a ensuite continué à attaquer sur le même mode, en s'engouffrant dans les espaces laissés par des Lyonnais trop tendres et en multipliant les échanges à une touche de balle.

L'action qui a mené au deuxième but a donné une idée de l'écart de niveau entre les deux équipes pendant la rencontre. Grâce à une suite de décalages rapides, les Basques se sont approchés des cages sans rencontrer de résistance.

L'attaquant suisse Haris Seferovic, déniché cet été par la Real en deuxième division italienne, a décoché une frappe magnifique d'une reprise de demi-volée (50e, 0-2).

La situation est devenue critique pour les Rhodaniens mais ils n'ont jamais donné le sentiment de pouvoir égaliser, si ce n'est quand Maxime Gonalons a tenté sa chance de la tête à la réception d'un corner. Son tir a heurté la transversale (65e).

Et les Basques, qui n'avaient qu'un match de championnat dans les jambes cette saison, ont continué en fin de deuxième période à attaquer.

Lyon devra donc s'imposer largement la semaine prochaine en Espagne pour retrouver la grande Europe, l'un de ses objectifs prioritaires, et la manne financière qui va avec.

Les Néerlandais du PSV Eindhoven devront aussi réussir un petit exploit après leur match nul 1-1 à domicile contre le Milan AC.

Le Zénith Saint-Pétersbourg, qui est allé battre Paços de Ferreira 4-1 au Portugal, a déjà un pied en phase de groupes de la Ligue des champions.

Simon Carraud pour le service français, édité par Jean-Philippe Lefief

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant