Ligue des champions: Lille perd à Valence, se complique la tâche

le
0
DEUXIÈME DÉFAITE CONSÉCUTIVE POUR LES LILLOIS EN LIGUE DES CHAMPIONS
DEUXIÈME DÉFAITE CONSÉCUTIVE POUR LES LILLOIS EN LIGUE DES CHAMPIONS

PARIS (Reuters) - Lille a encore un peu plus compromis ses chances de qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions en essuyant mardi une deuxième défaite consécutive dans le groupe F, cette fois à Valence en Espagne (2-0).

Les Lillois, qui souffrent aussi en championnat, sont bons derniers de leur groupe avec zéro point, derrière Valence, le Bayern Munich et les Biélorusses du Bate Borisov, leaders inattendus après leur victoire face aux Allemands (3-1).

La Bayern n'a semble-t-il pas tiré les enseignements de la victoire de Borisov à Lille (3-1), pas plus que les Lillois n'ont réussi à faire le bilan de cette défaite avant de prendre la direction de la côte méditerranéenne.

Les deux buts de Jonas et l'exclusion en fin de match de Mathieu Debuchy ont encore assombri le ciel de Lille, qui n'a plus gagné le moindre match, toutes compétitions confondues, depuis le 29 août face à Copenhague en tour préliminaire.

La situation comptable se complique sérieusement pour le club. Il devra battre le Bayern dans son Grand Stade le mardi 23 octobre, sans quoi tous ses espoirs seront pratiquement réduits à néant avant la deuxième série de trois matches.

L'entraîneur Rudi Garcia devra d'ici-là répondre à la question qui se pose depuis la saison et s'est encore cruellement posée à Valence : pourquoi ses joueurs n'arrivent-ils pas à se montrer dangereux en dépit de leurs qualités techniques ?

Il faut préciser à la décharge des Lillois qu'ils étaient privés de leur capitaine habituel, Rio Mavuba, qui fait d'ordinaire office de métronome. En l'absence du milieu, blessé, l'entre-jeu lillois a paru désarticulé pendant quelques minutes.

Les occasions lilloises ont donc été parcimonieuses dans l'enceinte de Mestalla, particulièrement en deuxième période, à tel point que les moindres faux pas en défense se sont révélés désastreux.

"LE RÉALISME QU'ON N'A PAS"

Après un préambule d'un quart d'heure un peu difficile pour les Lillois, Dimitri Payet et ses coéquipiers sont revenus dans la partie et se sont même procurés quelques situations qui auraient pu devenir des buts.

A la 35e minute notamment, ils ont lancé une contre-attaque concertée, qui s'est soldée par une frappe non cadrée de Florent Balmont, à un cheveu de la base du poteau. Comme ragaillardis, ils ont en quelques minutes tenté plusieurs fois leur chance.

Mais, à force de vouloir attaquer, ils en ont oublié de surveiller leurs arrières. Le capitaine et cannonier en chef de Valence, Roberto Soldado, a servi (38e) Jonas qui s'était frayé un passage au milieu de la foule des défenseurs lillois.

Le Brésilien ne s'est pas fait prier pour ouvrir le score, sanctionnant ainsi une faute d'inattention des Lillois. Sans vraiment abdiquer, ils ont ensuite décliné au fil des minutes qui s'égrenaient.

Dimitri Payet a bien tenté des frappes un peu désespérées, notamment à la 55e et à la 68e, mais à chaque fois il a trouvé le gardien, faute de réussir à se procurer des occasions vraiment dangereuses.

En face, Valence a eu le réalisme - ou la chance - qui fuyait les Lillois. A un quart d'heure de la fin du temps réglementaire, Jonas a marqué sur un malentendu, un tir qui avait toutes les apparences d'un centre raté.

Dès lors, les choses étaient entendues et l'exclusion de Mathieu Debuchy semblait traduire en fin de match le dépit du Losc.

"C'est dur, parce que je crois qu'on a montré un beau visage", a déploré le milieu de terrain Florent Balmont au micro de beIN Sport. "Ils marquent en première mi-temps, c'est le réalisme qu'on n'a pas en ce moment."

"Il faut travailler sur ça. On fait des efforts mais pour l'instant ça ne tourne pas", a-t-il reconnu avant de préciser que "tout est jouable, il reste des matches encore." Notamment contre le Bayern Munich, un adversaire plus redoutable que Valence sur le papier.

Simon Carraud pour le service français, édité par Hélène Duvigneau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant