Ligue des champions: Lille a encore trop de failles

le
0
GROSSE DÉCEPTION DES LILLOIS EN LIGUE DES CHAMPIONS
GROSSE DÉCEPTION DES LILLOIS EN LIGUE DES CHAMPIONS

par Pierre Savary

LILLE (Reuters) - Malmené en championnat, ridiculisé par les Biélorusses du BATE Borisov dès son entrée en Ligue des champions, Lille a étalé mercredi soir ses lacunes au grand jour en livrant l'un des plus mauvais matches de ses dernières saisons.

Les Lillois, statiques et sans envie, ont vite accusé le coup de l'efficacité biélorusse. Menés 3-0 après 40 minutes, ils sont rentrés aux vestiaires à la pause sous les huées d'un public choqué par la prestation de son équipe.

"On n'a pas le droit de faire cela, pas le droit de faire la première mi-temps que nous avons faite", a résumé sèchement le défenseur central Aurélien Chedjou après le match.

Le Losc a retrouvé un peu d'orgueil en seconde période, suffisant pour marquer un but à un modeste adversaire qui n'avait jamais remporté un match de groupe de Ligue des champions, mais pas assez pour espérer revenir au score.

Certains joueurs ont parlé d'accident pour qualifier le naufrage.

"Cela arrive", voulait croire le jeune latéral gauche Lucas Digne. "Tout allait de travers, on est passé cette fois complètement à côté."

L'entraîneur Rudi Garcia peinait lui aussi à croire que son équipe ait montré sa réelle valeur mercredi.

"Cela me paraît trop gros pour être vrai, je pense que c'est un accident", a-t-il dit, ne voulant pas trop s'étendre à chaud sur les causes de la déroute.

INSUFFISANCES

Si l'hypothèse d'un dommageable accident de parcours peut être défendue, ce match a tout de même été le révélateur des insuffisances affichées depuis le début de saison.

Le Losc peine à faire mal en attaque, où les deux pointes, Nolan Roux et Tulio De Melo, sont inefficaces - ils n'ont pas encore marqué en championnat.

Le géant brésilien a certes été l'auteur d'un but décisif en barrages contre Copenhague, mais pour le reste, il est à des années-lumière de son rendement de la saison passée. Quant à l'ancien Brestois, il éprouve encore des difficultés à trouver sa place, au gré des changements de poste.

A l'inefficacité devant le but s'ajoute un évident manque de créativité et d'organisation offensive.

Le Losc, habitué au jeu rapide et fait de passes courtes et de profondeur que développait Eden Hazard, a donné les clefs à Marvin Martin, incapable pour l'heure de se glisser dans le costume, beaucoup trop large pour lui, du prodige belge.

Lui aussi censé compenser le départ du meilleur joueur de Ligue 1 des deux dernières saisons, dans un registre de provocateur et de finisseur, Salomon Kalou a ralenti mercredi soir tous les ballons touchés, avant de les perdre, le plus souvent.

Ces défauts récurrents agacent un public qui a conspué son milieu de terrain tant il donnait un sentiment d'impuissance.

L'arrière-garde, sauvée de nombreuses fois par le gardien Mickaël Landreau depuis le début de saison en championnat, est aussi passée totalement à coté de son match, à l'image du deuxième but de Borisov où les défenseurs lillois ont été aussi immobiles que des plots d'entraînement.

Rudi Garcia s'est bien gardé de jeter la pierre à l'un ou l'autre de ses hommes, préférant parler d'"un état d'esprit à retrouver" et regretter "le manque de solidarité".

Avoir quasiment tiré un trait sur son avenir européen dès le premier match - Borisov étant sans doute plus faible que Valence ou le Bayern Munich, les autres adversaires de Lille - n'est peut-être pas le plus inquiétant pour le champion de France 2011, qui se demande surtout comment rebondir en championnat.

D'autant que l'attend, dimanche, un choc à domicile face à Lyon qui les précède de sept points - 13 contre 6 - après seulement cinq journées.

"C'est le lot de toutes les équipes, la capacité à se faire violence et à rebondir est importante", glissait Mickaël Landreau.

Son capitaine, Rio Mavuba, a lancé un appel à la prise de conscience collective : "Il va falloir réagir en groupe. On est tous dans le même bateau. C'est l'affaire de tous."

Pour secouer son groupe, Rudi Garcia pourrait s'en remettre aux jeunes. Dimanche, les jeunes Djibril Sidibé, Idrissa Gueye ou Ryan Mendes ont ainsi une chance de débuter.

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant