Ligue des champions : le scandale d'une réforme élitiste

le
0
La Ligue des champions subit un petit toilettage à partir de 2018.
La Ligue des champions subit un petit toilettage à partir de 2018.

La réforme a été officialisée jeudi 25 août à Monaco lors du tirage au sort des groupes de la Ligue des champions. À partir de 2018, et ce jusqu'en 2021 au moins, les quatre pays les mieux classés à l'indice UEFA ? soit actuellement un Big Four, intangible de fait tant l'écart est important entre le 4e et le 5e championnat européen, et composé de l'Espagne, l'Angleterre, l'Allemagne et l'Italie ? bénéficieront chacun de quatre places garanties pour cette phase de poules à partir de 2018. Désormais, ces quatre nations seront donc bientôt représentées par 16 clubs sur 32 au total répartis sur 8 groupes, contre 14 pour cette année.

L'illusion de la réforme Platini

De 14 à 16 clubs issus des gros championnats ? Il s'agit donc d'un peaufinage plus qu'un véritable changement en profondeur de la formule. En ouvrant la phase de poules aux petites fédérations, l'ex-président de l'UEFA, Michel Platini, avait voulu nous faire croire en 2009 que la Ligue des champions serait plus restrictive pour les équipes venant du Big Four. Mais le Français était tombé dans les mêmes travers que certains dirigeants de la Ve République : ils limitent la casse pour les plus riches et les plus pauvres, et s'en prennent aux classes moyennes c'est-à-dire les équipes classées entre la 5e et la 15e place qui ont eu ainsi plus de matches de barrage à disputer.

Platini parti, le cynisme du football...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant