Ligue des champions: le Real, plus grande désillusion espagnole

le
0
LA DÉFAITE À DORTMUND COMPROMET L'OBJECTIF DU REAL
LA DÉFAITE À DORTMUND COMPROMET L'OBJECTIF DU REAL

par Mark Elkington

MADRID (Reuters) - La soirée cauchemardesque du Real Madrid à Dortmund en demi-finale aller de la Ligue des champions a davantage surpris en Espagne que la déroute du FC Barcelone la veille sur la pelouse du Bayern Munich.

Et pour cause, depuis plusieurs semaines, l'équipe entraînée par José Mourinho concentrait tous ses efforts et axait l'essentiel de sa préparation sur cette compétition, ayant fait une croix sur le titre en Liga.

Résolus depuis longtemps à céder leur couronne de champion au Barça, qui a 13 points d'avance à six journées de la fin, les Merengues ne pensaient qu'à décrocher leur dixième sacre en C1 et, dans une moindre mesure, remporter la Coupe du Roi.

Mercredi soir, en encaissant une cinglante défaite à Dortmund (4-1), le Real a fortement compromis ses chances d'atteindre son objectif majeur.

"C'est extraordinaire. En deux jours, les deux meilleurs de la classe ont été littéralement balayés", peut-on lire jeudi dans l'éditorial du quotidien AS, basé à Madrid, qui fait aussi référence à la déroute du Barça, mardi, à Munich (4-0).

"J'ai presque été plus surpris par ce qu'il s'est passé hier soir car avant ce match, je n'avais même pas imaginé que cela puisse arriver", poursuit-il dans son billet.

Ces dernières semaines, pourtant, le Real a tout fait pour arriver le plus frais possible à son grand rendez-vous dans la Ruhr.

"LAMENTABLE"

En championnat, José Mourinho n'a cessé d'aligner des équipes remaniées, en préservant ses cadres. Arrivé à Dortmund avec un groupe au complet, le Real a pourtant sombré.

"On a manqué d'engagement, moi le premier", a déploré au coup de sifflet final son capitaine Sergio Ramos, incapable d'en dire plus, l'estomac noué.

José Mourinho est venu compléter ses propos. "Je préfère dire qu'ils avaient envie d'être compétitifs mais qu'ils n'en ont pas été capables", a souligné le Portugais, reconnaissant que son équipe avait été dépassée dans tous les secteurs de jeu et dans l'état d'esprit, aussi.

Le quotidien sportif Marca, lui aussi installé à Madrid, a eu des mots plus durs pour qualifier la prestation des Merengue, jugée "lamentable", et "peut-être la pire du Real sous l'ère Mourinho depuis leur défaite 5-0 au Camp Nou en 2010".

Si la presse espagnole appuie très fort sur la tête du Real, elle sait aussi que le club castillan a encore une petite chance de se qualifier lors du match retour, lui qui n'a plus perdu à domicile, toutes compétitions confondues, depuis janvier 2012.

Le directeur sportif et ancien joueur merengue Emilio Butragueno y croit d'ailleurs dur comme fer.

"Le Real s'est construit une réputation internationale précisément lors de ses performances réalisées sur des matches retour", a-t-il dit dès après la déroute de Dortmund.

Olivier Guillemain pour le service français, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant