Ligue des champions: le Real a retrouvé ses nerfs, dit Mourinho

le
0
JOSÉ MOURINHO REGONFLÉ APRÈS LA VICTOIRE DU REAL FACE À MANCHESTER CITY
JOSÉ MOURINHO REGONFLÉ APRÈS LA VICTOIRE DU REAL FACE À MANCHESTER CITY

MADRID (Reuters) - Le Real Madrid a fait preuve mardi en Ligue des champions de la combativité qui lui faisait tant défaut lors de ses dernières sorties en Liga, s'est réjoui l'entraîneur José Mourinho après la victoire arrachée par les Espagnols contre Manchester City (3-2).

Dans un stade de Santiago Bernabeu crispé par l'enjeu et le scénario du match, Cristiano Ronaldo a inscrit le but de la délivrance à la 90e et dernière minute du temps réglementaire pour les Madrilènes.

Auparavant, ils avaient dû égaliser par deux fois, notamment grâce à Karim Benzema, auteur du deuxième but de son équipe à la 87e minute.

Le fil de cette victoire, capitale dans un groupe D très relevé, contraste singulièrement avec les prestations alignées par le Real en Liga depuis la reprise.

Le champion d'Espagne en titre s'est incliné deux fois en quatre matches, une rareté pour le club, et pointe déjà à huit longueurs de son éternel rival, le FC Barcelone.

"Le plus important pour moi est d'être fier de l'équipe, quel que soit le résultat", a confié José Mourinho, visiblement regonflé en conférence de presse.

Quelques minutes plus tôt, il célébrait le but de Cristiano Ronaldo en tombant sur ses genoux tout en serrant le poing. Sa mine triomphante n'avait plus rien à voir avec la colère froide teintée de résignation qu'il avait affichées après la défaite face au FC Séville samedi en Liga.

A l'époque, il avait eu des mots acerbes et estimé que ses joueurs avaient la tête ailleurs.

"Je continue à répéter le même discours à mes joueurs. On peut perdre des matches comme celui de cette nuit, à condition de se battre comme des animaux jusque dans les tout derniers instants comme nous l'avons fait", a-t-il dit mardi soir.

"Aujourd'hui, nous avons été plus agressifs, plus physiques, nous avons dominé et nous avons fini par gagner. Nous avons égalisé mais nous avons continué à pousser."

"Nous manquions de confiance en nous, mais le plus important, c'est l'engagement des joueurs, c'est l'ADN de l'équipe de l'année dernière", a-t-il conclu, en référence au titre de champion d'Espagne raflé la saison dernière à la barbe du Barça.

Simon Carraud pour le service français, édité par Jean-Stphane Brosse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant