Ligue des champions: le PSG tient la dragée haute au Barça

le
0
LE PSG ARRACHE LE NUL CONTRE BARCELONE
LE PSG ARRACHE LE NUL CONTRE BARCELONE

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Le Paris Saint-Germain a tenu mardi la dragée haute au FC Barcelone en arrachant in extremis le match nul 2-2 face aux quadruples champions d'Europe, en quart de finale aller de la Ligue des champions.

Les Catalans ont ouvert le score par l'intermédiaire de leur maître à jouer, Lionel Messi (38e), un but auquel a répondu Zlatan Ibrahimovic en fin de deuxième période (79e).

Le Barça pensait avoir fait le plus dur en reprenant l'avantage sur un penalty transformé par Xavi à une minute de la fin du temps réglementaire (89e) mais un but inscrit dans les ultimes instants par Blaise Matuidi est venu contrarier ses plans (90e+4).

Mercredi prochain, au Camp Nou, les Parisiens partiront avec le handicap de deux buts concédés à domicile. Mais, s'ils réalisent un match aussi généreux et abouti, l'espoir de faire chuter le Barça est permis.

L'entraîneur-adjoint catalan, Jordi Roura, a estimé à l'issue de la rencontre que son équipe aurait mérité mieux que ce résultat nul et a surtout déploré les blessures de Lionel Messi et de Javier Mascherano.

"Je pense que cela a été un match typique de quart de finale de Ligue des champions. On peut dire que c'est un bon résultat mais un peu court pour nous car nous avons été supérieurs ce soir", a dit à la presse le technicien espagnol.

"La facture est assez lourde car on perd Lionel Messi et certainement Mascherano quatre à six semaines (...) Mais c'est un très bon résultat pour nous, on va tout faire pour bien jouer à Barcelone et se qualifier", a-t-il ajouté.

De son côté, son homologue parisien, Carlo Ancelotti, a dit avoir conscience que le PSG aurait pu mieux s'en sortir et tirer un peu plus profit de ses temps forts.

"DEUX BUTS, DEUX CADEAUX", SELON ANCELOTTI

"Je suis fier de la performance de mes joueurs, de leur attitude, du courage qu'ils ont montré mais pas trop du résultat", a commencé par expliquer l'entraîneur italien.

"Nous avons montré un très bon visage en première mi-temps, nous avons bien défendu. Mais nous avons pris deux buts: le premier était un cadeau à Messi, le deuxième est un cadeau de l'arbitre", a-t-il poursuivi avant de dire, toutefois, que son espoir de qualification demeurait intact.

En revoyant leur prestation, ses joueurs auront peut-être un petit arrière-goût amer au fond de la bouche, tant ils ont semblé au cours de la première période en mesure de faire douter l'actuel leader de la Liga.

Très en jambes dès l'entame de match, les Parisiens ont été les premiers à se montrer dangereux et à faire rugir le Parc des Princes en frôlant l'ouverture du score dès la cinquième minute de jeu.

Idéalement lancé par Zlatan Ibrahimovic côté droit, Javier Pastore a remis de la poitrine aux six mètres à Ezequiel Lavezzi dont le tir, contré in extremis par Sergio Busquets, a terminé sa course sur le poteau droit de Victor Valdes.

Galvanisés par ce coup du sort, les Parisiens ont remis la pression sur le but catalan à peine cinq minutes plus tard lorsque Lucas a lancé Lavezzi dans la profondeur. Mais encore une fois, l'Argentin a manqué son duel en écrasant trop sa frappe.

Pastore (15e) puis Ibrahimovic (19e et 26e) ont continué à maltraiter le Barça, portés par un public subjugué par les velléités offensives de son équipe malgré le pedigree de l'adversaire.

Mais à chaque fois, si l'envie de bien faire était là, le dernier geste manquait de précision.

MATUIDI JOUE LES SAUVEURS

Après cette folle demi-heure, le Barça a commencé petit à petit à remettre le pied sur le ballon et c'est sur un éclair de génie de Daniel Alves que le premier but espagnol est venu.

Positionné plein axe aux 20 mètres, le latéral droit brésilien a trouvé dans la profondeur d'un extérieur droit somptueux Lionel Messi côté gauche, qui d'une demi-volée croisée pleine d'assurance, a inscrit son huitième but de la saison en Ligue des champions.

Assommés par ce but contre le cours du jeu, les hommes de Carlo Ancelotti ont regagné les vestiaires légèrement étourdis.

De retour sur la pelouse, les Parisiens n'ont pas baissé pavillon mais les jambes ont commencé à devenir lourdes et le Barça, même privé de Lionel Messi sorti à la pause, en a profité pour contrôler.

Privés de ballon, les joueurs du club de la capitale ont longtemps subi le jeu, essuyé quelques frayeurs mais à près de dix minutes de la fin du temps réglementaire, Ibrahimovic a surgi et fait exulter le Parc des Princes (78e).

A la suite d'un coup franc tiré côté gauche, Thiago Silva a d'abord vu sa tête repoussée par le poteau droit mais parti dans le dos de la défense, l'international suédois est venu tromper de près Valdes pour égaliser.

Puis, comme un cauchemar, Salvatore Sirigu a commis une énorme erreur en fauchant dans sa surface Alexis Sanchez (89e). Et c'est d'un plat du pied assuré que Xavi a transformé la sentence. Sans trembler.

Résolus à ne pas perdre ce match, en tous cas pas comme ça, les Parisiens ont arraché une égalisation méritée dans le temps additionnel.

Sur un ouverture de Christophe Jallet, Ibrahimovic a remis intelligemment à Blaise Matuidi qui, d'une lourde frappe, a mis le Parc des Princes en furie (90e+4) et ménagé un peu de suspense en vue du quart de finale retour.

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant