Ligue des champions: le PSG régale pour son grand retour

le
0
LE PSG S'IMPOSE FACE AU DYNAMO KIEV EN LIGUE DES CHAMPIONS
LE PSG S'IMPOSE FACE AU DYNAMO KIEV EN LIGUE DES CHAMPIONS

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Pour son grand retour en Ligue des champions, huit ans après sa dernière participation, le Paris Saint-Germain et ses stars recrutées à prix d'or ont mis au supplice le Dynamo Kiev, battu sèchement 4-1 mardi au Parc des Princes.

Enrôlés cet été pour plus de 60 millions d'euros, Zlatan Ibrahimovic (19e) et Thiago Silva (29e) ont tenu leur rang d'habitués des grandes joutes européennes et, d'une certaine façon, commencé à rentabiliser l'investissement.

Le Brésilien Alex a aggravé la marque dans la foulée (32e) et soigné le goal-average des Parisiens, une statistique qui comptera peut-être à la fin de la phase de poules.

En toute fin de rencontre, Miguel Veloso a sauvé l'honneur côté ukrainien (87e) avant que Javier Pastore ne s'invite à son tour à la fête parisienne (90e+1).

Pour l'heure, à la faveur de ce résultat conjugué à la victoire du FC Porto sur la pelouse du Dinamo Zagreb (2-0), le club de la capitale occupe la tête du groupe A grâce à la différence de buts.

Satisfait de la "très bonne prestation" de ses hommes, l'entraîneur du PSG Carlo Ancelotti a expliqué à l'issue de la rencontre avoir passé "une très bonne soirée".

"C'était un très bon match car je pense que c'était important de gagner notre première rencontre de Champions League", a expliqué le technicien italien en conférence de presse.

"Une telle performance comme celle de ce soir est aussi bonne pour la confiance", a ajouté Carlo Ancelotti, qui connaît cette compétition par coeur pour l'avoir gagné à quatre reprises, deux en tant que joueur puis deux en tant qu'entraîneur.

Prié de dire s'il avait assisté mardi soir au meilleur match de son équipe depuis sa prise de fonctions en janvier, Carlo Ancelotti a préféré botter en touche.

"Je ne sais pas, car ce soir c'était un peu particulier. Cela faisait huit ans que le PSG n'avait pas joué la Ligue des champions. Nous sommes contents d'avoir commencé cette compétition de cette manière", a-t-il dit avant de s'éclipser.

Sondé sur les chances de victoire finale du PSG, son homologue du Dynamo, Yuri Semin, a répondu par l'affirmative: "Bien sûr qu'ils sont favoris. Ils ont montré aujourd'hui un jeu très puissant et surtout très varié."

Très en jambes et sans doute galvanisés par un public du Parc des Princes ravi de retrouver les lumières de l'Europe, les Parisiens ont harcelé la défense ukrainienne dès les premières minutes de la rencontre. Une stratégie qui a payé très tôt.

Mise en danger côté gauche sur un débordement de Jérémy Ménez à la 18e, l'arrière-garde du Dynamo s'est en effet laissée enrhumer par l'international français. Après un dribble astucieux, il s'est effondré dans la surface, taclé de manière irrégulière.

Pour convertir ce penalty et mettre le PSG sur orbite, le buteur était tout désigné: Zlatan Ibrahimovic. C'est d'un tir malin à mi-hauteur et en plein centre que le Suédois a débloqué le tableau d'affichage (19e).

PREMIER MATCH ET PREMIER BUT DE THIAGO SILVA

Comme si les hommes de Carlo Ancelotti voulaient signifier à toute l'Europe que, désormais, il faudra souffrir pour venir prendre des points à Paris en Ligue des champions, le deuxième but de la partie est intervenu à peine dix minutes plus tard.

Son auteur, un Brésilien recruté cet été pour plus de 40 millions d'euros, jouait là son premier match sous ses nouvelles couleurs (29e).

Acculée et dépassée par la vivacité du trident offensif Pastore-Ibrahimovic-Ménez, la défense du Dynamo a pris l'eau quelques instants plus tard, une nouvelle fois sur corner.

Oublié au marquage au niveau de l'entrée de la surface de réparation, Alex a en effet eu tout le loisir de décocher une lourde demi-volée qui, après avoir traversé une forêt de jambes, a terminé da course dans les filets (32e).

Quasi inexistants en attaque en première période, les Ukrainiens ont regagné les vestiaires avec une seule frappe au compteur, un coup-franc aux vingt mètres par Javier Pastore (41e).

Le deuxième acte de cette grande soirée européenne est parti sur des baes moins élevées et les Parisiens ont géré leur avance, comme de vieux briscards qu'ils aspirent à devenir.

Juste avant de sortir sous les ovations du public, Zlatan Ibrahimovic s'est distingué une dernière fois en décochant une frappe vicieuse à la 72e, arrêtée de justesse par Maxym Koval.

Malgré les entrées conjuguées de Nenê et d'Ezequiel Lavezzi, le PSG s'est quelque peu éteint en fin de rencontre et s'est fait punir par Miguel Veloso, bien placé dans la surface pour tromper de près Salvatore Sirigu (87e).

Sans doute énervé de ce but qui faisait tache, Javier Pastore a endossé le costume de buteur lui aussi dans les ultimes instants de la rencontre en trompant d'une frappe à ras de terre le portier ukrainien.

Si l'opposition proposée mardi soir au Parc des Princes n'était pas forcément extraordinaire, le PSG passera un test beaucoup plus sérieux lors de son prochain rendez-vous en Ligue des Champions. Ce sera au Portugal, le 3 octobre, face au FC Porto pour ce qui s'annonce déjà comme le choc du groupe A.

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant