Ligue des champions: le PSG presque en huitièmes de finale

le
0
LE PSG PRESQUE QUALIFIÉ POUR LES HUITIÈMES DE LA LIGUE DES CHAMPIONS
LE PSG PRESQUE QUALIFIÉ POUR LES HUITIÈMES DE LA LIGUE DES CHAMPIONS

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Absent de la Ligue des champions pendant huit années, le Paris Saint-Germain est aujourd'hui à deux doigts de se qualifier pour les huitièmes de finale de la compétition.

Ou plus exactement à un match nul.

Si le PSG ne perd pas lors de son prochain rendez-vous européen dans quinze jours à Kiev, il sera en effet assuré de terminer dans les deux premiers du groupe A.

Cette situation confortable, alors qu'il reste encore deux rencontres à jouer d'ici la fin de la phase de poules, est à mettre au crédit d'un groupe qui a su allier application et sérieux dès sa rentrée européenne en septembre.

Soucieux de prouver à toute l'Europe que l'argent dépensé par ses riches propriétaires depuis un an et demi sert bel et bien à quelque chose, Paris n'a pas traîné en route pour ses retrouvailles avec la C1: quatre matches, trois victoires, dix buts inscrits et une seule défaite.

Mardi soir, au Parc des Princes, le modeste Dinamo Zagreb est passé pour la deuxième fois en deux semaines dans la lessiveuse parisienne (4-0), plus que jamais déterminée à atteindre son premier objectif.

"On a toujours dit que l'objectif pour nous était de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Le prochain match sera décisif, comme une balle de match", a résumé à l'issue de la rencontre l'entraîneur du PSG Carlo Ancelotti.

Deuxième à un point du leader Porto, tenu en échec lors cette quatrième journée à Kiev (0-0), les Parisiens peuvent même espérer coiffer au poteau les Portugais, qu'il recevront le 4 décembre.

L'entraîneur du Dinamo, Ante Cacic, en est d'ailleurs persuadé.

"Au début de la compétition, si on m'avait demandé qui était le favori du groupe, j'aurais répondu sans hésitation Porto", a-t-il commencé.

"ON VOULAIT RÉPONDRE SUR LE TERRAIN"

"Mais après ce que j'ai vu de la part du PSG, le jeu qu'ils développent, je crois qu'on peut dire que c'est l'équipe qui a le plus de chances de terminer en tête du groupe. Elle est plus forte que Porto", a-t-il ajouté.

Même si Carlo Ancelotti a apprécié la flatterie de circonstance, il a préféré garder la tête froide lorsque ce pronostic d'Ante Cacic lui a été chuchoté.

"L'objectif, c'est d'abord d'aller à Kiev et de s'assurer la qualification. Après, on verra si on peut utiliser le dernier match à la maison contre Porto pour terminer premiers", a-t-il dit.

Au-delà de la très bonne opération réalisée par les Parisiens, cette victoire a fait du bien au groupe, visiblement affecté par sa première défaite en championnat concédée à domicile le week-end dernier face à Saint-Etienne (2-1).

"Ce résultat est très important car on voulait répondre sur le terrain après le match de samedi à l'issue duquel on n'était pas très content de nous", a ainsi souligné le gardien du PSG Salvatore Sirigu.

"On a réussi à remettre les choses dans le droit chemin ce soir, c'est de bon augure avant le gros choc contre Montpellier de dimanche", a renchéri son capitaine Christophe Jallet.

Après cette belle soirée européenne, certains ont néanmoins relativisé la performance parisienne.

D'abord parce que le PSG a cruellement manqué d'inspiration en première période et ensuite parce qu'en face, ce n'était que le Dinamo Zagreb, une équipe qui a enregistré mardi sa dixième défaite d'affilée en Ligue des champions.

Carlo Ancelotti et Salvatore Sirigu ne partageaient évidemment pas cette analyse.

"Le football se joue en 90 minutes et non 45", a ainsi rappelé l'entraîneur italien.

"Samedi, contre Saint-Etienne, les gens disaient aussi que ça allait être facile. Il n'y a jamais de match facile", a rétorqué pour sa part son portier, avec un brin de malice.

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant