Ligue des champions: le PSG ne veut se poser trop de questions

le
0
MALGRÉ LA VICTOIRE, LE PSG NE VEUT PLUS PENSER AU MATCH ALLER FACE À VALENCE
MALGRÉ LA VICTOIRE, LE PSG NE VEUT PLUS PENSER AU MATCH ALLER FACE À VALENCE

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Même s'il a statistiquement 95% de chances de se qualifier mercredi pour les quarts de finale de la Ligue des champions, le PSG s'interdit pour l'heure de penser que les jeux sont faits contre Valence.

Le club de la capitale a donné la leçon il y a trois semaines au cinquième de Liga (2-1) à Mestalla et l'histoire des Coupes européennes ne laisse mathématiquement que 5% d'espoirs aux Espagnols de passer au prochain tour.

Malgré ce constat laissant peu d'espace au champ des possibles, l'entraîneur parisien Carlo Ancelotti a demandé à ses joueurs de faire comme si cet avantage non négligeable n'existait pas.

"Je pense que nous allons essayer de jouer notre football, avec nos qualités et notre caractère. Il faut oublier le match aller et essayer de donner notre meilleur sur 90 minutes. Nous ne devons pas faire de comptes, c'est notre objectif", a estimé mardi le technicien italien en conférence de presse.

"Je pense que nous avons une grande opportunité demain. C'est une grande opportunité pour tout le monde d'aller en quarts de finale : pour le club, les supporters, les joueurs et aussi pour moi. Mais il ne faudra pas penser que nous avons un avantage. Il faudra oublier cela et rester concentré", a-t-il poursuivi.

Si séduisant sur la scène européenne et lors des grands rendez-vous cette saison, le PSG a paradoxalement craqué à plusieurs reprises contre des équipes moins huppées. Ce fut le cas notamment à Reims, le week-end dernier, où le leader de la Ligue 1 s'est incliné 1-0.

Dans une critique à peine voilée à l'encontre de ses joueurs, Carlo Ancelotti leur a demandé de s'inspirer de leur prestation très aboutie en Espagne et surtout de jouer collectif, à l'inverse de leur dernière sortie en Champagne-Ardennes.

"QUAND ON JOUE EN ÉQUIPE, ON EST TRÈS DANGEREUX"

"Demain ça sera très important de jouer comme une équipe, comme nous l'avons fait au match aller. Quand on joue en équipe, on est très dangereux", a-t-il expliqué.

Pour ce faire, l'entraîneur du PSG compte bien s'appuyer sur son capitaine Thiago Silva, de retour de blessure après deux mois d'absence.

"C'est un grand joueur. Tout le monde est très content qu'il revienne. J'attends de lui qu'il utilise ses qualités individuelles pour améliorer l'équipe", a dit Carlo Ancelotti.

De son côté, l'international brésilien a estimé qu'il était en mesure d'insuffler un peu de sérénité au groupe après les remous nés de la défaite à Reims.

"Je pense pouvoir apporter un peu de tranquillité dans ce moment difficile. Moi aussi j'ai vécu des défaites mais la Ligue des champions a ceci de magique de pouvoir nous rendre plus concentrés. Ce n'est peut-être pas toujours le cas en championnat mais je me sens prêt et je sens que l'équipe est prête également pour ce match de C1", a estimé Thiago Silva, tout en diplomatie.

"Tout le monde accorde beaucoup d'importance aux résultats et c'est normal (...) C'est une pression constante dans notre milieu mais celle-ci est positive car elle nous invite à donner le maximum", a-t-il poursuivi.

Mercredi soir, une autre grande star sera peut-être aux côtés de Thiago Silva pour apporter au PSG un supplément d'expérience: David Beckham.

Prié de dire s'il comptait aligner l'ancien capitaine de l'équipe d'Angleterre dès le coup d'envoi en l'absence de Marco Verratti, suspendu, Carlo Ancelotti a entretenu le mystère.

"Il peut jouer", s'est-il contenté de dire avec un grand sourire.

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant