Ligue des champions: le PSG la joue facile à Zagreb

le
0
LE PSG S?IMPOSE 2-0 À ZAGREB
LE PSG S?IMPOSE 2-0 À ZAGREB

PARIS (Reuters) - Le Paris Saint-Germain n'a pas eu à puiser dans ses réserves mercredi pour glaner un deuxième succès en Ligue des champions (2-0) sur la pelouse du Dinamo Zagreb, bien trop limité pour poser des problèmes aux Parisiens.

Devant un public pour le moins clairsemé, le nouveau leader de la Ligue 1 a parfois donné l'impression de jouer un match d'entraînement.

Il a pris les devants logiquement en première période sous l'impulsion du duo Zlatan Ibrahimovic-Jérémy Ménez.

Le premier, qui a pourtant rarement été aussi maladroit face au but depuis son arrivée à Paris, a ouvert le score à la 33e minute en profitant d'un débordement de son complice sur la gauche de la surface.

Dix minutes plus tard, Ménez a doublé la mise sur un contre. Servi par Javier Pastore, il a déboulé côté gauche et a placé sa frappe entre les jambes du gardien du Dinamo.

A 2-0, le match était plié. Parce que Zagreb n'avait pas gagné un seul de ses huit précédents matches de Ligue des champions et parce que les Croates n'ont jamais montré qu'il pourrait en être autrement.

Paris est donc bien parti dans son groupe A où il compte six points et fait un solide deuxième, à trois points de Porto qui a battu le Dynamo Kiev 3-2. Les Ukrainiens comptent trois points et Zagreb aucun.

"Ce n'était pas facile dans cette ambiance un peu bizarre", a dit Blaise Matuidi après le match au micro de beIN Sport.

"On a gagné, c'était le principal. L'essentiel était de rester concentré sur notre jeu. On marque deux buts, on aurait pu en marquer un peu plus, mais il fallait gagner et c'est ce qu'on a fait."

IBRAHIMOVIC GÂCHE, GÂCHE

Le milieu de terrain international a ainsi bien résumé une rencontre jouée sans beaucoup de rythme ni aucun bruit.

Les pieds qui claquent sur le cuir, les consignes de replacement et les encouragementsmutuels ont résonné fort à Zagreb où les supporters pointaient aux abonnés absents.

L'adresse de Zlatan Ibrahimovic, si précieuse en Ligue 1, a aussi semblé avoir disparu dans les premières minutes.

Servi magnifiquement par Marco Verratti par dessus la défense dès la deuxième minute, le Suédois a raté son face-à-face, tirant sur le gardien adverse.

Quelques minutes de flottement ont suivi, jusqu'à un superbe échange aux abords de la surface entre Ibrahimovic et Verratti, encore lui. L'espoir italien talonnait dans la course de son avant-centre, qui trouvait assez d'angle pour frapper au-dessus du but (25e).

Puis la situation s'est débloquée avec le but tant attendu par le Suédois. Paris a alors continué de mettre la pression sur le but croate et, quand il reculait, a eu d'excellents contres à négocier.

Le premier fut mal joué par Ibrahimovic, qui servait à Javier Pastore un ballon difficile à apprivoiser. Le second, une minute plus tard, emmené par l'Argentin, était conclu par Ménez.

En seconde période, l'intensité a baissé et le PSG a raté encore quelques opportunités d'alourdir le score. Par Ibrahimovic encore qui, idéalement servi par Pastore, a envoyé son lob à côté du but, puis par l'Argentin, pour une fois assez en jambes et qui a trouvé la barre.

Mais l'essentiel était fait et Carlo Ancelotti a pu faire tourner, donnant du temps de jeu à Zoumana Camara ou Guillaume Hoarau, bien peu sollicités cette saison.

Paris n'a pas eu à s'éreinter et ses joueurs de réserve ont pu en profiter.

Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant