Ligue des champions: le PSG doit montrer qu'il est taillé pour

le
0
LE PSG DEVRAIT VALIDER SON BILLET POUR LES QUARTS DE LA LIGUE DES CHAMPIONS
LE PSG DEVRAIT VALIDER SON BILLET POUR LES QUARTS DE LA LIGUE DES CHAMPIONS

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Si le PSG a vraiment une équipe taillée pour l'Europe, comme l'a affirmé son directeur sportif Leonardo avec une pointe de provocation, il sera temps de joindre les paroles aux actes mercredi face au FC Valence en huitième de finale retour de la Ligue des champions.

Sauf accident, le club de la capitale devrait valider son billet pour les quarts puisqu'au coup d'envoi au Parc des Princes, les Parisiens partiront avec l'avantage d'avoir gagné la première manche 2-1 en Espagne il y a trois semaines.

Dans l'histoire des Coupes européennes, 95% des équipes s'étant imposées sur ce score lors du match aller se sont qualifiées pour le tour suivant.

Il s'agira donc pour les hommes de Carlo Ancelotti d'écarter ces 5% de part d'aléatoire mais aussi de faire oublier la polémique née le week-end dernier après des propos pleins d'arrogance prononcés par Leonardo.

Pour la deuxième fois en quinze jours, le leader de la Ligue 1, si fringant lors des grands rendez-vous, venait de s'incliner contre une équipe luttant pour le maintien, en l'occurrence Reims (1-0).

Et c'est dans le contexte de cette défaite embarrassante que le directeur sportif brésilien du PSG s'est attiré les foudres de la plupart des autres clubs de Ligue 1.

"On a peut-être une équipe davantage faite pour l'Europe, basée sur le talent, la qualité de passes, pas pour ce genre de matches", a lâché Leonardo, avant de critiquer l'état de la pelouse et oubliant de féliciter Reims qui venait de s'imposer après avoir joué à dix pendant plus d'une demi-heure.

Si les déclarations de "Leo" ont choqué en Ligue 1 mais aussi en interne, le PSG n'avait semble-t-il pas besoin de cela pour bien préparer son match retour contre Valence. Et ce même si dans un sens, le Brésilien a raison.

LE FC VALENCE PATINE

Sevré de Ligue des champions pendant près de huit ans, le PSG accuse l'un des meilleurs bilans d'Europe cette saison en C1: sept matches, six victoires et une seule défaite.

A domicile, les Parisiens ont fait jusqu'ici carton plein avec trois succès en autant de rencontres et n'ont plus perdu une rencontre européenne au Parc des Princes depuis 22 matches, la dernière défaite remontant à 2006, contre l'Hapoël Tel Aviv.

Sur l'ensemble de la compétition, le PSG dispose de l'une des meilleures attaques et surtout de la meilleure défense avec le FC Porto et la Juventus, avec seulement trois buts encaissés.

De son côté, le FC Valence traverse une mauvaise passe. Depuis sa défaite à Mestalla il y a trois semaines, au cours de laquelle il avait été dominé et n'avait dû son salut qu'à un but inscrit à la dernière minute du temps réglementaire, le club espagnol patine.

Malgré un succès 2-0 contre Majorque en championnat, le cinquième de Liga vient en effet d'enchaîner deux matches nuls consécutifs et surtout de perdre ses deux titulaires habituels en défense centrale : Adil Rami et Ricardo Costa.

Si tous les indicateurs semblent donc au vert pour le PSG à la veille de la réception de Valence, deux seules ombres planent au-dessus du ciel parisien avec les suspensions de Marco Verratti et de Zlatan Ibrahimovic.

Pour pallier l'absence de l'international italien, Carlo Ancelotti dispose de deux options: titulariser Thiago Motta, de retour de blessure, ou David Beckham, qui n'a plus disputé la C1 depuis 2010 lors d'une pige avec le Milan AC.

Pour remplacer en attaque le co-meilleur passeur de la compétition, Kévin Gameiro devrait logiquement accompagner Ezequiel Lavezzi puisque Jérémy Ménez, touché aux adducteurs, n'a pas été retenu à l'issue du dernier entraînement, mardi.

Mais comme souvent au PSG cette année, une star peut en chasser une autre. Privé de l'expérience en C1 d'Ibrahimovic, le club de la capitale pourra s'en remettre à celle de son capitaine Thiago Silva, qui fera mercredi son grand retour de blessure après avoir été écarté des terrains pendant près de deux mois.

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant