Ligue des champions: le grand pardon version Zlatan Ibrahimovic

le
0
ZLATAN IBRAHIMOVIC DEMANDE PARDON À SA MANIÈRE
ZLATAN IBRAHIMOVIC DEMANDE PARDON À SA MANIÈRE

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - Samedi, Zlatan Ibrahimovic avait laissé ses coéquipiers du PSG à dix, expulsé après un geste de kung-fu sur le gardien de Saint-Etienne Stéphane Ruffier. Trois jours plus tard, le Suédois les a retrouvés en leur offrant quatre passes décisives.

Une manière de dire "pardon".

Quelques minutes après la large victoire des Parisiens sur le Dinamo Zagreb en Ligue des champions (4-0), rares furent ceux qui n'ont pas eu quelques mots élogieux à l'égard de celui qui fut arraché cet été au Milan AC.

"Il a joué pour l'équipe, comme il le fait toujours. C'est un joueur fantastique aussi pour cette raison. C'est un formidable leader, il aide les autres à être meilleurs", a commencé par dire son entraîneur Carlo Ancelotti.

"La différence entre un grand joueur et un champion, c'est quand quelqu'un utilise ses qualités pour faire mieux jouer l'équipe. Lui, c'est un grand champion", a poursuivi l'ancien entraîneur du Milan AC, de la Juventus ou encore de Chelsea, qui dispose de quelques références en la matière.

Les partenaires de Zlatan Ibrahimovic, eux non plus, n'ont pas tari d'éloges à l'heure d'évoquer la prestation de leur attaquant vedette.

"C'est un joueur exceptionnel. Il nous le montre à chaque match. Il nous fait énormément de bien. C'est un bonheur d'évoluer à ses côtés", a dit à son sujet Blaise Matuidi.

"Il marque, il fait marquer les autres, il régale. C'est la panoplie des grands attaquants. Tant mieux pour nous", a complété le capitaine Christophe Jallet.

"C'est un grand joueur, il n'y a rien dire", a résumé Salvatore Sirigu.

Même l'entraîneur du Dinamo Zagreb a tressé des louanges au joueur originaire de Malmö.

"On connaît tous ses exploits, au PSG ou dans ses précédents clubs. Il voit le jeu, certaines choses que les autres ne voient pas. On a essayé de le marquer à la culotte, de le contrer tant bien que mal mais ça n'a pas marché", a souligné Ante Cacic.

Et l'intéressé dans tout ça, qu'en pensait-il ? Que le fait de n'avoir pas marqué n'était "pas grave". Car ce qui compte à ses yeux, "c'est de tout donner pour le collectif".

Mercredi, il passera en commission de discipline pour son mauvais geste du week-end dernier. Sans appréhension particulière.

"Je ne suis pas inquiet. J'espère qu'ils sentent le football", a-t-il dit à destination des personnes amenées à décider de le suspendre ou non plus pour plus d'un match en championnat.

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant