Ligue des champions: le Bayern trop solide pour Marseille

le
0
LE BAYERN TROP FORT POUR MARSEILLE EN LIGUE DES CHAMPIONS
LE BAYERN TROP FORT POUR MARSEILLE EN LIGUE DES CHAMPIONS

MUNICH (Reuters) - L'Olympique de Marseille a quitté mardi la Ligue des champions en quart de finale par la petite porte, battu 2-0 sur la pelouse du Bayern Munich qui s'était déjà imposé sur le même score au match aller.

Malgré les absences d'Arjen Robben et Mario Gomez, laissés sur le banc, les Munichois ont assuré leur qualification dès la première période grâce à un doublé du Croate Ivica Olic, venu battre Steve Mandanda de près aux 13e et 37e minutes.

Le Bayern, dont l'Allianz Arena accueillera la finale de la compétition le 19 mai, affrontera sans doute en demi-finale le Real Madrid, qui reçoit mercredi l'APOEL Nicosie après s'être imposé 3-0 à l'aller à Chypre.

Les Marseillais ont ajouté un dixième match à leur série de rencontres sans victoire et n'ont pu que constater l'écart entre un prétendant au titre et un pensionnaire de Ligue 1 en pleine crise de résultats.

"On est tombé contre une très grosse équipe et on voit le chemin à parcourir pour arriver au très haut niveau", a dit l'attaquant Loïc Rémy au micro de TF1 après le match.

"Il faut relever la tête en championnat, on est dans une passe difficile. On doit faire bonne figure jusqu'à la fin. Et il reste la finale de la Coupe de la Ligue."

Condamné à marquer au moins deux fois pour espérer, les hommes de Didier Deschamps n'ont que trop rarement mis en danger le gardien allemand Manuel Neuer.

Seuls une frappe écrasée de Jérémy Morel, pourtant seul à la réception d'une passe de Benoît Cheyrou (11e), et un tir puissant de Stéphane Mbia à l'entrée de la surface ont mis à contribution Neuer en première période.

Comme il y a une semaine à Marseille, les Bavarois ont confisqué le ballon mais, là où ils avaient attendu la 44e minute et le but de Gomez pour cadrer une frappe en Provence, ils ont multiplié les occasions de but.

OLIC AIME LES CLUBS FRANÇAIS

Sans un très bon Steve Mandanda, dont l'absence à l'aller s'était révélée très préjudiciable, le score aurait pu être plus lourd pour les Olympiens qui ont logiquement plié face aux coéquipiers de Franck Ribéry, bien plus à l'aise dans son jardin de l'Allianz Arena que sous les sifflets du stade Vélodrome.

Le Français a été le détonateur du succès allemand en offrant le premier but à Olic d'un centre tendu après un bon débordement côté droit.

Il a ensuite emmené le contre qui a permis au Croate de doubler la mise sur un service du jeune latéral gauche David Alaba.

Rarement titularisé tant Mario Gomez se montre efficace sur le front de l'attaque allemande, Olic a prouvé par là qu'il aimait les clubs français puisque son triplé à Gerland avait été fatal à l'Olympique lyonnais en demi-finale il y a deux saisons.

Ses partenaires auraient pu aussi s'inviter au tableau d'affichage mais Mandanda s'est interposé par deux fois sur une belle frappe de Toni Kroos et une reprise de volée d'Anatoliy Timoshchuk (25e).

Le gardien marseillais a encore eu les bons réflexes devant Olic, servi dans le dos de la défense (28e) et sur une tête au premier poteau de Thomas Müller à la suite d'un corner (30e), avant d'être sauvé par son poteau sur une lourde frappe de Toni Kroos (38e).

Entre un Bayern certain d'avoir validé son billet pour les demi-finales et un OM sans solutions, sevré de ballon et de confiance, la deuxième période a été nettement moins animée.

Brandao, buteur décisif en huitièmes de finale à Milan face à l'Inter, a tout de même eu l'occasion de sauver l'honneur à la 66e. Mais il a placé sa tête hors du cadre alors qu'il était seul au deuxième poteau à la réception d'un bon centre d'André Ayew.

Gregory Blachier pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant