Ligue des champions: le Bayern s'offre une finale 100% allemande

le
0
LE BAYERN ÉLIMINE LE BARÇA EN LIGUE DES CHAMPIONS
LE BAYERN ÉLIMINE LE BARÇA EN LIGUE DES CHAMPIONS

par Iain Rogers

BARCELONE (Reuters) - Le Bayern Munich s'est offert le droit de disputer le 25 mai face à Dortmund la première finale 100% allemande de l'histoire de la Ligue des champions en corrigeant pour la deuxième fois en huit jours le FC Barcelone (3-0).

Etincelants, voire humiliants mardi dernier en Bavière (4-0), les joueurs de Jupp Heynckes ont confirmé leur suprématie lors du match retour au Camp Nou grâce à des réalisations signées Arjen Robben (49e), Thomas Müller (76e) et un but contre son camp de Gerard Piqué (72e).

A Wembley, les Bavarois disputeront leur troisième finale de C1 en quatre ans, en quête d'un cinquième sacre continental.

Privés de leur maître à jouer Lionel Messi, resté sur le banc toute la partie en raison de douleurs à la cuisse, les Catalans quittent la compétition avec une défaite 7-0 en score cumulé, un scénario quasi inimaginable en début de saison.

Le Barça n'avait plus été battu à domicile en Ligue des champions depuis octobre 2009 et pour retrouver deux défaites de rang dans un match à élimination directe du club espagnol en coupe d'Europe, il faut remonter encore plus loin, à 1987.

"Nous avons un joué un match fantastique. Il faut reconnaître qu'il y a une différence entre le Barça avec et sans Messi mais c'est un résultat que personne ne pouvait prédire", a expliqué à l'issue de la rencontre au micro de la télévision allemande Jupp Heynckes.

"Je connais très bien la philosophie de jeu du Barça et mon équipe a extrêmement bien compris comment mettre en place nos schémas tactiques. C'était plus dur que cela en avait l'air. Mon équipe était très concentrée", a-t-il ajouté.

Au coup d'envoi de la rencontre, les joueurs du Bayern ont en effet adopté une attitude froide et clinique: faire comme si le match aller n'avait jamais existé.

Abandonnant naturellement la possession aux Catalans, maîtres en la matière, les Allemands ont immédiatement opté pour un pressing haut destiné à gêner la relance du Barça et à se mettre dans des conditions idéales pour le prendre en contre.

UN DORTMUND-BAYERN DÈS SAMEDI

La stratégie a failli fonctionner à deux reprises en première période mais Robben (11e), puis Philipp Lahm (18e) se sont fait reprendre in extremis avant de se mettre en position de tir.

Destabilisés par ce harcèlement constant des champions d'Allemagne 2013, les joueurs du Barça ont semblé manquer d'inspiration avant la pause, en partie en raison de l'absence de Lionel Messi, qui se rongeait les ongles sur le banc.

Mis à part une belle frappe de Pedro (24e) et une reprise de volée de Xavi non cadrée dans la surface de réparation (27e), les Catalans ont broyé du noir pendant 45 minutes, comme résignés à abandonner tout espoir de se qualifier pour la finale.

Au retour des vestiaires, ce sentiment d'apparence est devenu réalité lorsque Robben a ouvert le score pour le Bayern, au terme d'une action de toute beauté (48e).

Après une superbe transversale de David Alaba de 40 mètres, de la gauche vers la droite, l'international néerlandais a enchaîné un amorti de la poitrine, un contrôle intérieur et une frappe enroulée aux abords de la surface qui a laissé pantois Victor Valdes, pris au piège.

Assommés, les Catalans ont pris l'eau un quart d'heure plus tard sur un centre de Franck Ribéry contré et repris de volée dans son propre but par Gerard Piqué (72e).

Quatre minutes après ce but symbole de la fébrilité du Barça, le Bayern a enfoncé le clou, sans pitié, sur un contre encore une fois mené côté gauche par Ribéry.

Plus rapide que son adversaire direct, l'international français a déposé le ballon au deuxième poteau sur la tête de Thomas Müller, impitoyable dans la finition (76e).

Les Catalans ont conclu cette deuxième période comme des fantômes et laissé filer le Bayern vers sa finale "nationale" en toute sérénité.

L'ironie du calendrier de la Bundesliga fait que les Bavarois croiseront la route de leur futur adversaire dès samedi pour le compte de la 32e journée du championnat allemand.

Mais ce match n'aura pas de véritable enjeu, ou peut-être celui de ne pas se blesser avant le grand rendez-vous de Wembley car le Bayern est déjà assuré d'être champion et Dortmund, quasiment certain d'être son dauphin.

Olivier Guillemain pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant