Ligue des champions: le Bayern s'attend à voir l'OM résister

le
0
LE BAYERN NE S'ATTEND PAS À "UNE PROMENADE" FACE À L'OM
LE BAYERN NE S'ATTEND PAS À "UNE PROMENADE" FACE À L'OM

MUNICH (Reuters) - Le match retour des quarts de finale de la Ligue des champions contre l'OM, mardi, ne sera pas facile malgré l'avantage de 2-0 acquis à l'aller à Marseille, a déclaré lundi Jupp Heynckes, entraîneur du Bayern Munich.

"Nous jouerons comme si nous avions fait 1-1 au premier match", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à la veille du match retour qui pourrait ouvrir au Bayern une seconde demi-finale en trois ans.

"Nous avons bien sûr un avantage psychologique à cause du résultat du match aller. C'est un formidable point de départ mais il faut nous rappeler que Marseille a battu Dortmund à Dortmund 3-2 en poule après avoir été mené 2-0", a-t-il ajouté.

Le Bayern, qui compte quatre titres de champion d'Europe, espère d'autant plus en décrocher un cinquième que la finale aura lieu cette année dans son stade de l'Allianz Arena.

Il y a gagné 11 de ses 12 derniers matches de Ligue des champions et a marqué 15 buts pour seulement trois encaissés lors de ses quatre derniers matches.

"Nous savons que ce sera un match difficile", a déclaré pour sa part Mario Gomez, meilleur buteur de la Bundesliga avec 23 buts et marqueur à 11 reprises, une de moins que l'Argentin Lionel Messi, en Ligue des champions.

"En football, beaucoup de choses folles peuvent arriver. Nous allons essayer de gagner mais ce ne sera pas une promenade. Nous avons marqué deux buts à l'aller, ils peuvent faire pareil ici", a-t-il ajouté.

Jupp Heynckes a déclaré qu'il ne mettrait aucun titulaire au repos même si un carton jaune pourrait priver quatre d'entre eux -Toni Kroos, Thomas Müller, Jerome Boateng et Luiz Gustavo- d'une demi-finale sans doute contre le Real Madrid, vainqueur 3-0 à l'aller de l'Apoel Nicosie à Chypre.

"Je n'ai jamais pris ce problème en considération", a dit Heynckes. "Je dois aligner une équipe qui offre des garanties de victoire et je ne peux pas tenir compte des cartons jaunes."

Karolos Grohmann; Jean-Paul Couret pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant