Ligue des champions: le Bayern imperturbable contre la Juventus

le
0
LE BAYERN EN DEMI-FINALE DE LA LIGUE DES CHAMPIONS
LE BAYERN EN DEMI-FINALE DE LA LIGUE DES CHAMPIONS

par Brian Homewood

TURIN, Italie (Reuters) - Le Bayern Munich s'est frotté mercredi soir à une équipe de la Juventus Turin bien moins maladroite qu'à l'aller mais s'est montré suffisamment imperturbable pour s'imposer 2-0 et se qualifier pour les demi-finales de la Ligue des champions.

Les Bianconeri avaient fait pâle figure il y a une semaine lors de leur défaite 2-0 à l'Allianz Arena, à l'image d'Andrea Pirlo qui joue d'ordinaire les chefs d'orchestre au milieu de terrain.

Cette fois-ci, les Italiens ont plus ou moins tenu le choc en début de match mais ils ont constamment manqué en attaque de ce je-ne-sais-quoi qui permet de transformer les occasions timides en véritables occasions de but.

Et ils ont fini par plier deux fois en deuxième période, d'abord sur un but plein d'opportunisme de Mario Mandzukic à la 64e minute, puis sur une réalisation de Claudio Pizarro dans le temps additionnel (90e+1).

"Ce n'a pas été facile et nous avons dû rester patients", a résumé Mario Mandzukic, juste après le coup de sifflet final, au micro de la chaîne allemande ZDF.

"Je suis heureux d'avoir marqué mais je suis encore plus heureux de la qualification. Mais le travail n'est pas fini", a-t-il ajouté. Façon de rappeler que les Allemands ont déjà la victoire finale dans un coin de la tête.

Le Bayern peut d'autant plus se concentrer sur l'Europe qu'il a remporté le week-end dernier son 23e titre de champion d'Allemagne.

"Nous sommes champions, c'était notre objectif. Mais nous avons d'autres objectifs. Il faut maintenant voir si nous sommes à la hauteur du Real Madrid et du FC Barcelone", a affirmé l'entraîneur Jupp Heynckes, sans citer le quatrième demi-finaliste, le Borussia Dortmund.

Un peu ridiculisée la semaine dernière, la Juve a bien tenté d'imposer son tempo en première période et n'a pas hésité à presser ses adversaires, quitte à prendre le risque du surmenage.

PLUS QUE JAMAIS FAVORI

Problème: les occasions franches ont été rares du côté italien, faute de buteur redoutable dans les rangs turinois. Andrea Pirlo a ainsi buté sur le gardien allemand Manuel Neuer sur coup franc à la 23e minute.

Et juste après le retour des vestiaires, Fabio Quagliarella est rentré dans l'axe avant de décocher une frappe lointaine. Le ballon est alors passé juste à côté du poteau droit du gardien.

Faute de pouvoir s'approcher trop près des buts, le Français Paul Pogba a lui aussi tenté de frapper de loin à la 74e minute. Encore une fois sans succès.

En dépit de ce raté, le jeune milieu de terrain, devenu international tricolore il y a moins d'un mois, a réussi son match sous les yeux du sélectionneur Didier Deschamps, venu à Turin en simple spectateur.

En face, les Allemands n'ont semble-t-il jamais cédé à l'affolement et la machine bavaroise s'est mise en marche pour de bon en deuxième période. En guise d'avertissement, le Néerlandais Arjen Robben a touché le poteau à la 57e minute.

Et ce qui semblait devenir inévitable s'est finalement produit à la suite d'un coup franc du Bayern. Le gardien Gianluigi Buffon a repoussé une première fois le ballon mais n'a rien pu faire sur la reprise de Mario Mandzukic (64e).

En doublant la mise, Claudio Pizarro a encore une fois montré à la Juve, qui n'a plus mis les pieds en demi-finales depuis une décennie, qu'il lui reste encore du chemin à parcourir avant de redevenir un grand d'Europe.

Le Bayern, qui fait plus que jamais figure de favori, avec le Barça, connaîtra vendredi en milieu de journée le nom de son futur adversaire.

Avec Karolos Grohmann, Simon Carraud pour le service français, édité par Guy Kerivel

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant