Ligue des champions: le Barça renversant, Galatasaray aussi

le
0
LE FC BARCELONE FAIT CHAVIRER LE MILAN AC
LE FC BARCELONE FAIT CHAVIRER LE MILAN AC

par Mark Meadows

LONDRES (Reuters) - Avec un Lionel Messi étincelant et un style irrésistible retrouvé, le FC Barcelone s'est qualifié mardi pour les quarts de finale de la Ligue des champions en faisant chavirer au Camp Nou le Milan AC (4-0), pourtant vainqueur du match aller 2-0.

A plusieurs centaines de kilomètres de là, Galatasaray a dans une moindre mesure lui aussi réalisé une performance de choix en allant décrocher son billet pour le tour suivant sur la pelouse de Schalke 04, battu 3-2 à l'issue d'un match à rebondissements.

Trois semaines après un huitième de finale aller sans vainqueur (1-1), les Turcs ont cette fois-ci forcé la décision pour s'offrir leur premier quart de C1 depuis onze ans.

A Barcelone, le Barça s'est montré intraitable et a réalisé ce qu'aucune équipe n'était parvenue à faire jusqu'ici en Ligue des champions: se qualifier après avoir encaissé deux buts au match aller sans bénéficier de la règle des buts inscrits à l'extérieur.

"Nous avons démarré sur les chapeaux de roue, comme vous avez pu le constater. Ce premier but nous a beaucoup aidés mais nous le cherchions depuis le coup d'envoi", a expliqué à l'issue de la rencontre David Villa, auteur du troisième but catalan.

"Nous avons toujours pensé que nous étions capables de le faire. Et ce, depuis le coup de sifflet final du match aller. Nous sommes ravis pour les supporters. Pour eux, mais aussi grâce à eux, nous y sommes parvenus", a-t-il ajouté.

Critiqué pour sa légère baisse de rendement ces dernières semaines, Lionel Messi a été le premier Catalan à sonner la révolte en inscrivant un but somptueux dès la cinquième minute de jeu.

A la suite d'un une-deux astucieux aux abords de la surface avec Xavi, le quadruple Ballon d'or s'est d'abord mis sur son bon pied avant d'expédier une frappe enroulée dans la lucarne gauche de Christian Abbiati, impuissant.

DES MILANAIS PLUS QUE DÉPASSÉS

Cette ouverture du score, obtenue sur le premier tir des Barcelonais, a marqué le début d'une foule d'occasions dangereuses côté catalan.

Et dans un scénario cruel mais logique, c'est juste après un poteau trouvé par les Italiens que Messi a frappé pour la deuxième fois de la soirée.

Bien servi dans la surface côté droit par Iniesta, l'Argentin a cette fois-ci trompé Abbiati d'une frappe décroisée à ras de terre qui a fait rugir de bonheur les spectateurs du Camp Nou (40e).

Au retour des vestiaires, le stade de Barcelone a une nouvelle fois exulté après un but synonyme de délivrance inscrit par David Villa, à la 55e minute.

Bien servi par Xavi dans la surface côté droit et profitant d'un tacle raté de Kévin Constant, l'international espagnol s'est chargé d'alourdir la marque par une frappe enroulée du gauche côté opposé.

Assommés, résignés à perdre, les Italiens ont encaissé un quatrième et dernier but en toute fin de rencontre sur un contre conclu par Jordi Alba (90e+2).

BURAK YILMAZ COMME CRISTIANO RONALDO

A Gelsenkirchen, dans la Ruhr, les joueurs de Schalke 04 ont éteint les chants turcs et balayé la très bonne entame de match de Galatasaray en marquant eux aussi très tôt, juste après le premier quart d'heure.

Sur un corner tiré par Farfan, une première tentative de Benedikt Höwedes a d'abord été repoussée avant d'atterrir dans les pieds de Joël Matip. Et une passe en retrait plus tard, Roman Neustädter a pu ajuster le gardien stambouliote à bout portant (17e).

Pas découragés pour un sou, les partenaires de Didier Drogba sont revenus très vite au score grâce une frappe lourde des 30 mètres d'un ancien de Schalke, Hamit Altintop (37e).

Transcendés par cette égalisation, les Turcs ont doublé la mise à peine cinq minutes plus tard, sur un contre chirurgical (42e).

Lancé dans la profondeur de plus de 50 mètres, Burak Yilmaz s'en est allé lober le gardien allemand pour inscrire son huitième but en Ligue des champions cette saison et se hisser au rang de co-meilleur buteur de la compétition aux côtés du Madrilène Cristiano Ronaldo.

Les Allemands ont réagi à l'heure de jeu grâce à un but de l'ancien Lyonnais Michel Bastos (63e). Mais les Turcs, qualifiés à 2-2, ont tenu bon jusqu'au bout et même inscrit un dernier but dans le temps additionnel par l'intermédiaire de l'ancien Toulousain Umut Bulut (90e+5).

"Nous avons complètement mérité cette qualification. Nous avons commis beaucoup d'erreurs en deuxième période, nous avons reculé et ils nous ont mené la vie dure", a estimé à l'issue de la rencontre le milieu de terrain de Galatasaray Wesley Sneijder.

"On voulait tellement marquer ce troisième but... Je pense que Schalke a très bien joué ce soir mais avec notre état d'esprit collectif, nous avons bien mérité cette victoire", a ajouté l'international néerlandais.

Le tirage au sort des quarts de finale, auxquels participera le Paris Saint-Germain, aura lieu vendredi.

Olivier Guillemain pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant