Ligue des champions: Laurent Blanc et la crainte du relâchement

le
0
LAURENT BLANC REDOUTE UN RELÂCHEMENT DE SES JOUEURS
LAURENT BLANC REDOUTE UN RELÂCHEMENT DE SES JOUEURS

PARIS (Reuters) - Voilà l'un des adversaires que craint le plus l'entraîneur du Paris Saint-Germain, Laurent Blanc: le "relâchement" qui pourrait, a-t-il dit mardi, menacer ses joueurs après une série de bons résultats, en Ligue 1 comme en Ligue des champions.

Sur les dix derniers matches disputés, les champions de France en ont gagné neuf, pour un nul, et ont suivi une courbe ascendante jusqu'à la victoire très convaincante contre Bastia, samedi dernier (4-0).

Déjà avant cette rencontre, Laurent Blanc avait mis ses joueurs en garde contre le risque de la déconcentration et la tentation de vivre sur leurs acquis.

Et le risque est d'autant plus grand avant d'affronter les Belges d'Anderlecht en Ligue des champions, mercredi soir, que les Parisiens font figure de favoris.

"Il y a toujours le risque de mésestimer l'adversaire quand tu viens de faire un match très bon en championnat, ce qui a été notre cas contre Bastia", a prévenu Laurent Blanc lors d'une conférence presse dans la banlieue de Bruxelles.

"A nous (l'équipe d'encadrement) de nous méfier de ça. A nous de faire en sorte que, s'il y a ce relâchement, il ne dure pas longtemps", a ajouté l'ancien sélectionneur de l'équipe de France.

Laurent Blanc a insisté sur le chemin qui reste à parcourir notamment en attaque où, selon lui, ses hommes manquent parfois d'efficacité devant le but, à l'image de l'Argentin Ezequiel Lavezzi.

Son diagnostic: "Il y a un domaine dans lequel on peut progresser, vu les stats. (Contre Bastia) on aurait pu marquer plus de buts vu le nombre d'occasions qu'on s'est créées".

Lavezzi ? "C'est un joueur qui se procure des occasions, qui crée des brèches, aussi pour les autres (...) Lui aussi dans ce domaine de la finition pourrait être meilleur", selon Laurent Blanc.

S'ils restent appliqués et qu'ils s'imposent en Belgique, les Parisiens ne seront plus qu'à deux doigts des huitièmes de finale. Ils compteraient alors neuf points et garderaient, quoi qu'il arrive, la tête du groupe C devant l'Olympiakos et Benfica.

Simon Carraud, édité par Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant