Ligue des champions: l'OM trop tendre pour Dortmund

le
0
DORTMUND BAT L'OM 3-0 EN LIGUE DES CHAMPIONS
DORTMUND BAT L'OM 3-0 EN LIGUE DES CHAMPIONS

par Karolos Grohmann

DORTMUND, Allemagne (Reuters) - L'Olympique de Marseille s'est grandement compliqué la tâche en Ligue des champions en essuyant mardi soir une deuxième défaite de suite, cette fois-ci sur la pelouse du Borussia Dortmund (3-0).

Passes plus précises, mouvements plus rapides, meilleurs placements : les Allemands ont joué un ou deux crans au-dessus des Marseillais qui pointent désormais seuls à la dernière place du groupe F, peut-être le plus relevé de la compétition.

Avec aucun point - soit trois de moins que Naples et Dortmund et six de moins qu'Arsenal -, ils n'ont plus beaucoup de choix. Ils devront surprendre le Napoli dans trois semaines et parier sur un concours de circonstances très favorable.

Ils devront également se mettre au niveau des meilleures équipes d'Europe, ce qu'ils n'ont pas réussi à faire en 90 minutes face au Borussia Dortmund, finaliste de la dernière édition.

Trop tendres, ils ont encaissé un but de Robert Lewandowski (19e), un autre de Marco Reus (52e) puis un penalty du même Lewandowski (79e) et n'ont quasiment jamais donné de frissons aux milliers de supporters réunis au Signal Iduna Park.

"On a été en dessous de ce qu'on est capable de faire", a commenté l'arrière droit Rod Fanni sur BeIN Sport. "Ils faisaient de meilleurs choix, ils jouaient plus simples."

"On le savait, c'est leur force : quand ils attaquent, ils sont beaucoup et ils vont à fond. (...) Derrière, il y avait moyen de faire quelque chose. On n'a pas été à la hauteur de notre niveau", a-t-il ajouté.

SUPÉRIORITÉ TECHNIQUE

La qualification ? "Ça va être très, très, très compliqué. (...) Il n'y a pas à nous enterrer encore maintenant, c'est encore trop tôt. Il y a des choses à corriger", a-t-il dit sans donner l'impression d'y croire vraiment.

En première période, ses coéquipiers se sont procuré un tout petit nombre d'occasions. Une course de Saber Khalifa, titularisé en pointe, dans la surface de réparation (7e), un coup franc bien placé de Mathieu Valbuena (21e) et puis rien, ou presque.

En face, les Allemands ont avancé par vagues successives, comme à la 19e minute lorsqu'une nuée jaune a envahi la surface marseillaise. En quelques passes ajustées au millimètre, Henrikh Mkhitaryan et Marco Reus ont désorienté la défense de l'OM.

Et Robert Lewandowski, l'homme qui avait inscrit la saison dernière un quadruplé contre le Real Madrid, a poussé le ballon dans les filets de Steve Mandanda.

Le Borussia Dortmund a fait retomber la tension en fin de première période, ce qui a permis à l'OM de voir le ballon d'un peu plus près, avant de revenir des vestiaires avec de nouvelles ambitions offensives.

En deuxième période, les jaunes et noirs ont affiché pour de bon leur supériorité technique et n'ont plus laissé aucun doute sur l'issue du match.

Mais, paradoxalement, ils ont marqué sur deux coups de pied arrêtés : un coup franc de 35 mètres de Marco Reus que personne n'a réussi à dégager, pas même le gardien Steve Mandanda, puis un penalty sifflé pour une faute sur Marco Reus.

En dehors de ces deux réalisations, les Allemands ont mieux joué, prouvant ainsi qu'ils avaient une jolie réserve de talents, même en l'absence de cadres habituels comme Ilkay Gündogan.

Comme les Marseillais s'en doutaient, ces joueurs-là ne sont plus tout à fait les mêmes que ceux qu'ils avaient battus à deux reprises en phase de groupe il y a deux ans.

Simon Carraud pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant