Ligue des champions: l'OM savoure son exploit milanais

le
0
MARSEILLE SAVOURE SON EXPLOIT MILANAIS
MARSEILLE SAVOURE SON EXPLOIT MILANAIS

par François Revilla

MARSEILLE (Reuters) - En plein doute en championnat où le club pointe à la huitième place à 19 points du leader, l'OM a magnifiquement relancé sa fin de saison en arrachant sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions face à l'Inter de Milan.

La cinquième défaite consécutive de l'Olympique de Marseille (2-1) est donc paradoxalement synonyme d'exploit, car le club n'avait pas atteint ce niveau de la compétition reine du football européen depuis sa victoire en 1993 face au Milan AC, l'autre club de la capitale lombarde.

A cette époque, les deux finalistes étaient directement désignés à l'issue d'une phase de poule.

La double confrontation entre l'OM et l'Inter de Milan aura fourni un incroyable scénario en basculant dans les arrêts de jeu lors de chaque rencontre.

A l'aller à Marseille, André Ayew avait donné la victoire à l'OM dans le temps additionnel et le Brésilien Brandao a également marqué mardi le précieux but à l'extérieur deux minutes avant le coup de sifflet final.

"Il y a eu des moments difficiles depuis mon retour, mais ce soir c'est tout un groupe qui gagne ensemble. Je remercie tous les supporters qui ont beaucoup poussé", déclare le héros marseillais de la soirée sur le site internet du club (www.om.net).

"Sur le but, je ne sais pas comment le ballon est arrivé, je n'ai pas regardé, j'ai juste frappé et eu un peu de chance", ajoute-t-il.

L'expulsion, toujours dans les arrêts de jeu, du gardien et capitaine Steve Mandanda, qui sera absent au match aller du quart de finale, reste le point noir de la soirée pour Didier Deschamps, d'autant que l'ancien Havrais a été l'auteur d'arrêts miraculeux face aux attaquants milanais.

BRACIGLIANO PRÊT À REMPLACER MANDANDA

Entré juste avant le coup de sifflet final pour encaisser un penalty de Giampaolo Pazzini, Gennaro Bracigliano devra assurer l'intérim.

"Je suis le deuxième gardien, c'est mon rôle de pallier une défection du titulaire. Même si Steve a encore été décisif, c'est à moi de le remplacer au cas où. Ça va être l'occasion. À moi d'être concentré et de faire mon travail comme toujours", assure l'ancien portier de Nancy.

"J'aurais aimé jouer ce quart de finale, mais Gennaro est un gardien avec énormément d'expérience, beaucoup de matches de Ligue 1 derrière lui, mais aussi de coupe d'Europe derrière lui avec Nancy. Je ne suis pas inquiet, je sais qu'il fera le boulot", confirme Steve Mandanda.

Averti face à l'Inter Milan, le défenseur Souleymane Diawara sera également suspendu pour le match aller.

Cela n'empêche pas les Marseillais, désormais seul club français en lice en Europe après l'élimination de Lyon, d'attendre le tirage au sort des quarts vendredi avec confiance.

"Quand j'ai dit qu'on pouvait gagner la Ligue des champions, ça a fait sourire plein de monde. Mais quand j'avais dit que je venais à Marseille pour gagner des titres, les gens rigolaient car ça faisait 17 ans que l'OM n'avait rien remporté", note Souleymane Diawara.

"Mais c'est gratuit de rêver, ça ne pose pas de problème. On a la chance de continuer cette aventure, on va la jouer à fond. Il faut y croire", ajoute-t-il.

En attendant, il s'agit de se replonger dans les réalités de la Ligue 1, avec la réception samedi de Dijon dans un match beaucoup moins prestigieux mais capital pour les Marseillais, qui ont besoin de points.

Après l'ivresse des sommets européens, le club phocéen, à huit points du troisième, Lille, va devoir cravacher en championnat pour arracher une des trois places qualificatives pour la prochaine édition de la Ligue des Champions.

Edité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant