Ligue des champions: l'OM attend Arsenal avec appétit

le
0
L'OM ATTEND ARSENAL AVEC L'ENIVE D'EN DÉCOUDRE
L'OM ATTEND ARSENAL AVEC L'ENIVE D'EN DÉCOUDRE

par Jean-François Rosnoblet

MARSEILLE (Reuters) - Joueurs et entraîneur de Marseille savent bien qu'ils ne partiront pas favoris mercredi face à Arsenal, un club qu'ils n'ont jamais battu. Mais pour leur premier match de Ligue des champions, ils veulent "en découdre".

Dans ce groupe F, qualifié de "groupe de la mort" par Mathieu Valbuena, l'OM n'a d'autre choix que de faire un bon résultat pour ne pas hypothéquer ses chances avant d'affronter Dortmund et Naples, leaders en Allemagne et en Italie.

"Effectivement, on a un groupe très relevé. C'est la Ligue des champions, on savait que ce serait compliqué", a souligné Steve Mandanda mardi lors d'une conférence de presse.

"On sait tous l'importance du premier match, même si celui contre Arsenal n'est pas décisif", a-t-il ajouté.

"On n'est pas naïf pour croire que cette équipe anglaise est diminuée. Elle se place au minimum dans les huit meilleures d'Europe", a de son côté prévenu l'entraîneur de l'OM, Elie Baup, malgré les nombreuses blessures dans le camp anglais.

Pour éviter une désillusion, Marseille devra rompre avec la mauvaise habitude qu'il a de mal négocier ses entrées en matière en Ligue des champions: le club s'est incliné lors de chacune des trois dernières campagnes ouvertes au stade Vélodrome.

Il y a deux ans, Arsenal avait pris le meilleur chez son adversaire, s'imposant 1-0 grâce à un but d'Aaron Ramsey en fin de rencontre.

"On commence le match avec l'ambition et l'envie de prendre les trois points de la victoire, mais on sait aussi qu'on a souvent eu du mal à commencer les campagnes européennes, même si on a des joueurs d'expérience", a analysé Steve Mandanda.

Cette saison, après un bon début de championnat, le club a marqué le pas. Il a abandonné sa place de leader à Monaco, qui s'est imposé sur la pelouse marseillaise puis a été accroché samedi dernier à Toulouse.

"Les erreurs que l'on a faites sur les dernières rencontres, il va falloir les gommer sinon on va les payer cash face à Arsenal. En même temps, on sait que l'on a les armes pour faire un résultat face à cette équipe", selon Mandanda.

GIROUD PRESSENTI

"Dès la fin du match de Toulouse, tout le monde avait la tête et les idées claires pour penser à ce match", a estimé Elie Baup.

"Il y a beaucoup de très grands joueurs en face, mais on n'aborde pas ce match avec un mal de tête. On l'aborde plutôt avec l'envie d'en découdre".

Pour autant, l'OM reste conscient d'être le "petit poucet" de ce groupe et de ne pas forcément jouer dans la même cour que les Anglais, notamment sur le plan financier.

"Quand on achète (Mesut) Özil pour 50 millions d'euros, il est évident que l'on n'est pas dans la même logique de recrutement", dit Baup qui a tout de même pu s'offrir cet été Dimitri Payet ou Florian Thauvin.

"On est en train de bâtir un groupe pour le moyen terme et ces matches doivent servir d'expérience et de source d'apprentissage pour les jeunes".

"Au tirage, on nous a collé l'image de quatrième de ce groupe. Au fond de nous, même si l'on sait qu'on n'est pas favori, on a envie de surprendre et, quelque part, d'inverser les pronostics", ajoute l'entraîneur de l'OM.

L'entraîneur d'Arsenal, Arsène Wenger, est le premier à se méfier de ces Marseillais qu'il n'écarte pas de la course à la qualification.

"Toutes les équipes de ce groupe peuvent se qualifier, chaque match est important. En général, il faut dix points pour se qualifier, ce sera sans doute encore le cas dans ce groupe", selon l'entraîneur d'Arsenal, Arsène Wenger.

Il y a des gens qui font de Dortmund et de Naples nos principaux concurrents, je place Marseille au même niveau", prévient-il.

Touché au genou face à Sunderland en Premier League, l'attaquant français Olivier Giroud devrait être présent au coup d'envoi. "Tout va bien, le test de ce matin (mardi) a été très positif", a confirmé Arsène Wenger.

L'occasion pour l'attaquant d'Arsenal de défier ses partenaires de l'équipe de France. Malgré l'importance de l'enjeu, les retrouvailles devraient être amicales pour plusieurs Français habitués à se croiser en sélection.

"Cela reste bon enfant, on sait qu'il y a des copains en face mais mercredi, on fera ce qu'il faut pour gagner", a conclu Steve Mandanda. "Même si Bacary Sagna a dit qu'il me mettrait un but sur coup franc. J'espère simplement qu'il se trompe."

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant