Ligue des champions: John Terry paie cher son moment d'égarement

le
0
Ligue des champions: John Terry paie cher son moment d'égarement
Ligue des champions: John Terry paie cher son moment d'égarement

par Martyn Herman

LONDRES (Reuters) - Chelsea nage en pleine extase après sa qualification pour la finale de la Ligue des champions, mais une ombre obscurcit le tableau : le capitaine John Terry ne participera pas à l'ultime rencontre de la compétition européenne de son club cette saison.

Le courageux match nul (2-2) obtenu contre Barcelone au Camp Nou mardi soir a permis à Chelsea d'arracher une victoire 3-2 sur l'ensemble des deux matches pour aller en finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes. Ce sera le 19 mai contre le Real Madrid ou le Bayern Munich, deux autres clubs légendaires du continent qui s'affrontent mercredi.

En 2008, Chelsea avait disputé la finale de la Ligue des champions à Moscou et l'avait perdue face à Manchester United après, notamment, un penalty manqué par Terry.

Mardi, le moment d'égarement du capitaine des Blues - un coup de genou dans le dos de l'attaquant barcelonais Alexis Sanchez - va reléguer le défenseur central au rôle de supporter à l'Allianz Arena de Munich et aurait pu coûter cher à son équipe, qui a évolué à dix après 37 minutes.

Bien qu'en infériorité numérique et mené 2-0, Chelsea a su faire abstraction de l'absence de son capitaine, revenir à 2-1 avant la mi-temps et égaliser dans les arrêts de jeu du match.

"A titre personnel, bien sûr je suis déçu (de ne pas disputer la finale-NDLR) mais je crois que cette équipe mérite cette finale", a dit Terry qui, après avoir tenté de se justifier, a admis avoir mérité ce carton rouge.

"Nous avons eu un peu de chance durant notre parcours dans cette compétition et cela peut continuer mais j'espère que cet incident n'aura pas de conséquence sur la façon dont vont jouer les gars. Je me suis excusé (auprès des joueurs-NDLR) et je veux aussi m'excuser auprès de tous les supporters de Chelsea."

ACCUSÉ DE RACISME ET PRIVÉ DE BRASSARD

John Terry, qui a porté 540 fois le maillot de Chelsea, a donc hypothéqué sa dernière chance de disputer une deuxième finale en Ligue des champions.

Et il n'en est pas à son premier coup d'éclat cette saison.

En octobre, il a été accusé par Anton Ferdinand, défenseur des Queens Park Rangers et frère de l'international Rio, coéquipier de Terry en équipe d'Angleterre, de propos raciste lors d'un match de Premier League.

Terry a nié les accusations mais est néanmoins convoqué devant la justice en juillet, ce qui pose la question de savoir s'il pourra être sélectionné pour l'Euro 2012.

En février, le capitanat de la sélection nationale lui a été retiré par la Fédération anglaise (FA) qui a jugé que cette convocation devant le tribunal si proche du tournoi qui sera disputé en Pologne et en Ukraine rendait difficile pour lui de prétendre à une telle responsabilité.

C'est la deuxième fois que Terry se voit retirer le brassard de capitaine de l'équipe d'Angleterre. L'autre occasion remonte à 2010 lorsqu'il avait été accusé d'une relation extraconjugale avec la compagne d'un autre international anglais.

La controverse sur les accusations de racisme a en outre vraisemblablement précipité le départ de Fabio Capello, alors sélectionneur de l'équipe d'Angleterre, en désaccord avec la décision de la FA.

Les performances de Terry sur le terrain, malgré une opération du genou et deux côtes cassées, sont restées élevées. Mais il est la cible de vives attaques pour son attitude au Camp Nou, lui qui avait été le premier à appeler au calme avant la rencontre contre le Barça.

"A ce niveau de football, je pense n'avoir jamais vu quelque chose d'aussi stupide. C'est la chose la plus incroyable que j'ai vue de ma vie", a dit l'ancien milieu de terrain anglais Jamie Redknapp, un des commentateurs de Sky Sports.

Chrystel Boulet-Euchin pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant