Ligue des champions: Jallet se réjouit d'affronter le Barça

le
0
CHRISTOPHE JALLET SE RÉJOUIT D'AFFRONTER LE FC BARCELONE
CHRISTOPHE JALLET SE RÉJOUIT D'AFFRONTER LE FC BARCELONE

PARIS (Reuters) - Le défenseur du Paris Saint-Germain Christophe Jallet s'est réjoui vendredi d'affronter prochainement le FC Barcelone en quart de finale de la Ligue des champions, une occasion selon lui d'apprendre et pourquoi pas de créer un exploit.

"C'est un tirage pas facile, sans doute le plus compliqué mais ça reste un match d'exception. On va pouvoir se frotter à ce qui se fait de mieux en Europe", a estimé l'international français en conférence de presse.

"On joue au football pour participer à des rencontres de ce type. C'est vraiment le très, très haut niveau. Cela nous servira dans l'apprentissage de pouvoir se mesurer à eux. On va pouvoir jauger réellement notre niveau même si on sait d'ores et déjà que ce sera très compliqué", a-t-il ajouté.

Pour Jallet, le fait d'avoir tiré au sort l'équipe que personne ne voulait affronter va placer le club de la capitale paradoxalement dans une situation plus confortable, celle d'un David à qui on ne pourra que tresser des louanges s'il vient à bout de Goliath.

"Quelque part, c'est un avantage car on va être dans la peau du petit. Et si on se fait éliminer, on se fera moins tirer dessus que si on avait perdu contre Malaga ou Galatasaray", a souligné le latéral droit parisien.

"On part avec cet avantage de se dire qu'on n'a rien à perdre. On sait que ça sera très compliqué de passer et en même temps, cela nous permettra peut-être de créer un exploit et franchir un pallier supplémentaire dans notre progression."

Le meilleur moyen de ne pas prendre une déculottée face au quadruple champion d'Europe sera, selon Jallet, de ne pas s'avouer vaincu dès le début de cette double confrontation, dont l'acte I aura lieu le 2 avril au Parc des Princes et le retour le 10 en Catalogne.

"Si on commence à partir avec un sentiment d'infériorité, c'est le meilleur moment pour se casser la figure. On ne va pas y aller pour perdre", a promis Jallet.

"Il n'y a rien d'impossible. On a des atouts à faire valoir qui nous permettront peut-être de les éliminer."

Pour l'anecdote, au moment du tirage au sort, Jallet s'est souvenu d'une scène vieille de dix ans, au Camp Nou.

"Ce stade fait rêver. J'avais été le visiter en tant que touriste il y a dix ans. On s'était marré avec ma femme en se disant que je jouerais peut-être ici un jour. Ca sera peut-être le cas dans trois semaines. Cela prouve que tout est possible dans le foot", s'est-il plu à raconter.

Olivier Guillemain, édité par Julien Prétot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant