Ligue des champions: Iniesta, l'autre arme fatale de Barcelone

le
0
ANDRES INIESTA, L'AUTRE ATOUT MAJEUR DU BARÇA
ANDRES INIESTA, L'AUTRE ATOUT MAJEUR DU BARÇA

par Mark Elkington

BARCELONE (Reuters) - En inscrivant le but qui a assommé le Milan AC mardi en Ligue des champions et envoyé le FC Barcelone en demi-finale, Andres Iniesta a une nouvelle fois démontré que le jeu des Catalans comptait d'autres atouts que Lionel Messi.

Le polyvalent Espagnol, capable d'évoluer au milieu ou en attaque, inscrit rarement son nom au tableau d'affichage et n'a pas été aussi brillant qu'à son habitude mardi au Camp Nou. Mais il a, comme souvent, marqué un but crucial dans un grand match.

Tenu en échec 0-0 à l'aller à San Siro, le Barça s'en est remis à Lionel Messi, auteur d'un doublé sur pénalty, pour atteindre les demi-finales pour la cinquième fois d'affilée, égalant le record établi entre 1956 et 1960 par le Real Madrid.

Mais le match, s'il a été dominé par les Blaugranas qui ont comme toujours à domicile confisqué le ballon, aurait pu tourner autrement si Iniesta n'avait pas surgi à la 53e minute.

Esseulé dans la surface milanaise, l'Espagnol a récupéré le ballon après une frappe contrée de Messi. Son sang-froid face à Christian Abbiati et sa maîtrise technique des deux pieds ont fait le reste.

Ce but n'est que le septième d'Iniesta cette saison, toutes compétitions confondues, mais en offrant deux buts d'avance au Barça, il a placé son équipe hors de portée du Milan AC.

"Je pense qu'Andres peut marquer bien plus de buts que ne le montrent les statistiques, mais il fait bien plus que ça", a souligné son entraîneur, Pep Guardiola.

"C'est un joueur fantastique."

BUTEUR POUR L'HISTOIRE

Aligné au milieu de terrain mardi, il formait avec le maître à jouer Xavi et la vigie défensive Sergio Busquets un trio perçu comme le meilleur au monde pour sa capacité à tenir le ballon, le faire vivre et harceler l'adversaire dès sa perte.

Comme ses deux partenaires, Andres Iniesta, 27 ans, est issu du centre de formation du Barça, la Masia, où ont aussi grandi Lionel Messi ou encore Isaac Cuenca et Thiago Alcantara, les dernières pépites catalane.

Admiré pour sa capacité à éliminer son adversaire et son intelligence dans la gestion des espaces et la construction, fondements d'un jeu inculqué dès les équipes de jeunes, Iniesta se distingue paradoxalement par ses buts décisifs.

A Barcelone, il a marqué les esprits en égalisant dans les derniers instants de la demi-finale retour face à Chelsea en 2009, propulsant les siens vers le titre européen.

En Espagne, il est d'abord l'homme qui a offert à son pays la première Coupe du monde de son histoire en trouvant la faille durant la prolongation d'une finale crispante face aux Pays-Bas, il y a deux ans (1-0).

Cela lui vaut d'être souvent applaudi par les supporters adverses, quand bien même ce joueur flamboyant se double d'un homme discret qui aime laisser la lumière aux autres.

Il peut pour cela compter sur Lionel Messi, qui a porté mardi soir son propre record de buts en une campagne de Ligue des champions à 14 et totalise déjà 58 réalisations toutes compétitions confondues cette saison.

Des statistiques bien supérieures à celles d'Andres Iniesta, sans lequel le palmarès de Messi serait sans doute moins étoffé.

Gregory Blachier pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant