Ligue des champions: "Ibra" met Anderlecht au supplice

le
0
LE PSG ÉCRASE ANDERLECHT 5-0 EN LIGUE DES CHAMPIONS
LE PSG ÉCRASE ANDERLECHT 5-0 EN LIGUE DES CHAMPIONS

PARIS (Reuters) - S'il fallait encore une preuve de l'application du Paris Saint-Germain en Ligue des champions, les joueurs de Laurent Blanc l'ont apportée mercredi soir en écrasant Anderlecht 5-0 avec à la clef un nouveau récital de Zlatan Ibrahimovic.

Pour la première fois de sa carrière dans cette compétition, l'attaquant suédois a inscrit quatre buts, dont un nouveau chef d'oeuvre, une frappe surpuissante sans contrôle à 25-30 mètres des buts qui a fini dans la lucarne (36e).

"Ibra", qui avait déjà ajouté samedi dernier une page à l'album de ses exploits spectaculaires, a également marqué en début de match deux buts plus classiques, à la réception de centres à ras de terre de Gregory van der Wiel (17e et 22e).

Increvable, il en a inscrit un quatrième après la pause, d'une reprise du pied droit à la suite d'une ouverture de Thiago Motta (62e).

Aligné au coup d'envoi sur l'aile droite en soutien à Ibrahimovic, l'Uruguayen Edinson Cavani a lui aussi inscrit son nom au tableau d'affichage peu après le retour des vestiaires (52e), sur une passe de Blaise Matuidi.

En route vers les huitièmes de finale, le PSG en est à trois victoires en trois matches, douze buts marqués, un seul encaissé et neuf points inscrits dans le groupe C, dans lequel figurent également l'Olympiakos et le Benfica.

Mathématiquement, le club n'est pas encore qualifié pour le tour suivant mais, avec cinq points d'avance sur les Grecs et les Portugais, on voit mal comment l'une des deux places qualificatives pourrait lui échapper.

De quoi penser, déjà, à la victoire finale ? Pas selon le gardien Salvatore Sirigu qui, a-t-il assuré sur BeIN Sport, n'a que les trois derniers matches de poule en tête.

PAS DE RELÂCHEMENT

"Le chemin est encore un peu long", a-t-il dit. "Jusqu'à maintenant, on a vécu match après match. (...) Ça marchait très, très bien. Il faut continuer comme ça."

Compte tenu de l'excellente série réalisée par ses joueurs ces dernières semaines, en particulier samedi dernier contre Bastia (4-0), Laurent Blanc redoutait un "relâchement" général de son vestiaire.

La mise en garde de l'ancien sélectionneur de l'équipe de France a été entendue puisque les Parisiens, après un premier quart d'heure de mise en jambes, ont fait preuve d'une grande concentration sur la pelouse de leurs adversaires.

Marco Verratti, Blaise Matuidi et Thiago Motta ont vite pris le contrôle du milieu de terrain face aux jeunes d'Anderlecht, en manque d'expérience du plus haut niveau - le milieu Youri Tielemans, titulaire, n'a pas encore 17 ans -.

Et le tandem brésilien Alex - Marquinhos aligné en défense centrale a montré, avec l'autorité qu'on lui connaît depuis quelques semaines, que la maison parisienne reposait sur des fondations solides.

Résultat, les Parisiens menaient déjà 3-0 à la pause et affichaient une possession de balle de 68%, ainsi qu'un nombre de passes réussies bien supérieur.

Le PSG, qui menait également 3-0 à la mi-temps contre le Benfica Lisbonne, avait alors arrêté les frais en seconde période. Cette fois-ci, "Ibra" et ses coéquipiers ont continué à pousser pour inscrire deux buts supplémentaires.

Simon Carraud, édité par Pierre Sérisier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant