Ligue des champions : Drogba offre un premier sacre à Chelsea

le
0
Ligue des champions : Drogba offre un premier sacre à Chelsea
Ligue des champions : Drogba offre un premier sacre à Chelsea

par Mike Collett

MUNICH (Reuters) - Chelsea a remporté samedi la première Ligue des champions de son histoire en battant le Bayern Munich lors d'une finale qui s'est décidée sur un penalty de Didier Drogba au bout de la séance de tirs au but (4-3, 1-1 après la prolongation).

Le héros londonien, qui courait après un sacre continental depuis son arrivée dans la capitale anglaise il y a huit ans, avait inscrit quelques minutes plus tôt le but de l'égalisation (88e), qui permettait aux "Blues" d'entretenir leur rêve.

Après 80 minutes de flottement, le vent n'a cessé de tourner à l'Allianz Arena, puisque les Allemands ont cru tenir leur victoire après l'ouverture du score de Thomas Müller à la 83e minute, soit cinq minutes avant l'égalisation de l'Ivoirien.

Franck Ribéry et ses partenaires ont une nouvelle fois effleuré le trophée le plus convoité d'Europe lorsque l'arbitre leur a accordé un penalty, en début de prolongation, mais le gardien Petr Cech en a décidé autrement sur la frappe d'Arjen Robben.

Un autre Munichois, Bastian Schweinsteiger, a manqué le dernier tir au but de la séance pour son équipe, ouvrant la voie au déferlement bleu.

Les Londoniens, qui ramèneront pour la première fois la coupe sur les bords de la Tamise, dissipent ainsi les fantômes de 2008. Il y a quatre ans, ils s'étaient inclinés face à Manchester United, déjà au terme des tirs au but et Didier Drogba avait écopé d'un carton rouge.

"Je crois beaucoup au destin. C'était écrit depuis longtemps. Cette équipe est incroyable et je dédie ce titre à tous les entraîneurs et à tous les joueurs qui y ont évolué dans le passé", s'est félicité Didier Drogba.

"(Mon égalisation) a changé le cours du match. La vie est fantastique", a poursuivi l'inoxydable buteur de 34 ans, incapable de dissimuler son euphorie après ce succès, qui paraissait totalement hors de portée il y a encore quelques mois.

Les joueurs de Roberto Di Matteo concluent en effet de façon magistrale une saison ratée en championnat. Leur anonyme sixième place en Premier league les condamnait à l'emporter dans la nuit de Munich pour goûter à nouveau au faste de la Ligue des champions la saison prochaine. Le pari est gagné.

Le jeune entraîneur, tout juste âgé de 41 ans, appelé en urgence en mars dernier pour pallier le limogeage d'André Villas-Boas, a ainsi redressé in extremis la situation des "Blues", déjà auréolés du titre en Coupe d'Angleterre au début du mois.

LE SORT SEMBLAIT JOUER CONTRE EUX

Au tour précédent, ils avaient contre toute attente accroché à leur tableau de chasse le FC Barcelone, tenant du titre et grand favori de cette nouvelle édition.

Le sort semblait pourtant jouer contre les Anglais, obligés de disputer la rencontre dans l'antre du Bayern, l'Allianz Arena. Et le palmarès des deux clubs ne plaidait pas en leur faveur, puisque les Munichois pouvaient toiser leurs adversaires du haut de leurs quatre sacres (1974, 1975, 1976, 2001).

Le début de match tournait d'ailleurs à l'avantage des Allemands.

Après une première tentative de Mario Gomez à la treizième minute, Arjen Robben tente sa chance à son tour sept minutes plus tard, mais Petr Cech est sur la trajectoire de la balle.

A la 35e minute, Diego Contento déboule sur le côté gauche avant de centrer sur Thomas Müller. La reprise de l'Allemand passe certes à côté des cages, mais il devient évident que le Bayern a mis la main sur ce début d'une rencontre loin des sommets de jeu que promettait cette affiche de prestige.

Fidèle à la stratégie défensive qui leur a valu la qualification pour la finale, les joueurs de Chelsea se montrent extrêmement plus timides sur le front de l'attaque.

Après un joli geste de Didier Drogba à l'entrée de la surface de réparation, Salomon Kalou finit par tenter sa chance, à la 37e minute. Sa frappe trouve le gardien Manuel Neuer, qui risquait jusque-là de s'ennuyer dans ses cages.

A la suite de cette alerte, le Bayern repart à l'assaut. A la 41e minute, Gary Cahill est hypnotisé par une feinte de Mario Gomez, le buteur allemand qui, faute de trouver les filets, envoie la balle dans les tribunes de l'Allianz Arena.

Le tableau d'affichage reste désespérément vierge à la fin de la première période, une première depuis la finale de 2003 entre le Milan AC et la Juventus.

La pause ne permet pas aux deux équipes de trouver la solution puisque, à l'image du trio offensif allemand Ribéry-Robben-Gomez, d'ordinaire si prolifique, les joueurs se montrent maladroits à l'approche de la surface de réparation.

Il était dit que cette finale ne se déciderait pas dans le jeu au pied. Thomas Müller et Didier Drogba ont fini par marquer de la tête dans les dix dernières minutes de jeu, le premier sur un centre de Toni Kroos, le deuxième sur un corner tiré par Juan Manuel Mata.

La nuit commence alors à s'étirer, mais l'ultime séance de tirs au but vient mettre un terme à la souffrance des deux équipes.

Simon Carraud pour le service français, édité par Hélène Duvigneau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant