Ligue des champions: clubs russes cherchent premiers points

le
0

par Brian Homewood

BERNE (Reuters) - Ambitieux, le Zenit Saint-Pétersbourg et le Spartak Moscou vont tenter cette semaine de glaner leurs premiers points en Ligue des champions, où les clubs russes peinent à briller.

A la recherche d'un lustre passé, les deux équipes côtoient Galatasaray, Lille, Nordsjaelland, l'Ajax, l'Olympiakos et le Dinamo Zagreb dans les rangs des clubs ayant perdu leurs deux premières rencontres de la phase de groupes.

Ces résultats sont d'autant plus embarrassants pour le Zenit qu'il a dépensé autour de 100 millions d'euros dans les dernières heures du mercato estival pour s'attacher les services de l'attaquant brésilien Hulk et du milieu belge Axel Witsel.

La troisième journée de la Ligue des champions pourrait aussi être décisive pour Manchester City, la Juventus Turin et Benfica, qui n'ont pas encore gagné un match.

L'affiche de la semaine opposera le Borussia Dortmund, double champion d'Allemagne, au Real Madrid, déjà bien lancé avec deux succès, comme Barcelone, Porto, Arsenal et Manchester United mais aussi le BATE Borisov, adversaire de Lille dans le groupe F, ainsi que les nouveaux-venus de Malaga.

Le Paris Saint-Germain, brillant en ouverture face au Dynamo Kiev, devra rebondir à Zagreb après une défaite à Porto il y a trois semaines.

Montpellier et Lille tenteront de gagner enfin sur leur terrain. Les champions de France ont un coup à jouer face à l'Olympiakos. La marche sera bien plus haute pour Lille, amoindri, qui accueille le Bayern Munich.

JUVE ET CITY VEULENT DÉCOLLER

Pour les Russes, cette campagne européenne doit concrétiser une croissance remarquable, au moins en termes d'attractivité.

De plus en plus de joueurs de renom les rejoignent depuis que Samuel Eto'o, vainqueur de la Ligue des champions avec le Barça et l'Inter Milan, a rallié l'Anzhi Makhachkala, actuel leader du championnat national.

Cette progression a aussi vu ces dernières années le CSKA Moscou et le Zenit triompher en Coupe de l'UEFA, devenue la Ligue Europa. Mais le bât blesse encore à l'étage supérieur.

Le Spartak Moscou est la dernière équipe russe à avoir atteint les demi-finales en 1991. La compétition s'appelait alors Coupe d'Europe des clubs champions et était moins dense qu'aujourd'hui. Depuis, le Spartak a joué deux fois les quarts, comme le CSKA. Rien de plus.

Le Zenit espère prendre ses premiers points face à Anderlecht, champion de Belgique, mercredi pour enfin décoller dans un groupe C où Malaga (six points) et le Milan AC (quatre), malgré des difficultés en Serie A, sont en tête.

"Ce n'est pas une bonne période mais nous devons rester lucide et garder notre équilibre", a déclaré l'entraîneur milanais Massimiliano Allegri après une nouvelle défaite en championnat samedi contre la Lazio Rome (3-2).

"Je pense que dernièrement, l'équipe a réalisé de bonnes performances mais a payé au prix fort quelques erreurs."

Comme le Zenit, le Spartak, qui a perdu ses deux premiers matches 3-2 après avoir mené 2-1, à Barcelone et contre le Celtic Glasgow, évoluera à domicile contre Benfica.

Battu le week-end dernier par l'Anzhi en championnat, le Spartak n'a que son troisième gardien, Artem Rebrov, de valide pour ce match, les deux premiers choix étant blessés.

Si Barcelone (six points) bat le Celtic (quatre points), le Spartak reviendra dans la course aux huitièmes en cas de succès.

Manchester City et la Juventus Turin doivent aussi lancer enfin leur campagne.

Les champions d'Italie, invaincus en dix matches toutes compétitions confondues cette saison, ont été contraints au nul lors de leurs deux premières rencontres.

L'obstacle de mardi est loin d'être insurmontable puisqu'il s'agit de Nordsjaelland, champion du Danemark, qui a touché le fond 4-0 à domicile face à Chelsea lors de sa dernière sortie. Les champions d'Europe anglais se rendent chez le Shakhtar Donetsk.

City n'a lui qu'un seul point et défiera l'Ajax Amsterdam, qui a, malgré son palmarès européen impressionnant, l'étiquette de maillon faible du groupe D dominé par le Real Madrid et Dortmund.

Gregory Blachier pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant